Pour etre tenu au courant
de temps en temps


@ffinités





































































































































































































































































Pages : 1234542

19 juillet 2015
OXI…… MORE
[avec un I grec]

La dialectique casse pas (assez) de briques.



2 juillet 2015
[Images arrêtées & idées fixes
Tremblement d’un fil narratif.]

Suspense qui ne tend vers aucun dénouement.



22 juin 2015
[Grève des loyers, un journal mural (suite)
L'insolvable locataire de la rue de Chantilly
interné par la police & délogé par un huissier.]


À la mi-mai 2012, l’animateur de radio Jérôme V. – rescapé vingt ans durant d’une kyrielle de CDD sur la bande FM et d’une ultime rupture de contrat en CDI jetable – s’est retrouvé incapable de payer le loyer de son studio en rez-de-chaussée du 1 de la rue de Chantilly (Paris IXe). En attendant l’issue du procès au Prud’homme contre son dernier employeur, il décidait alors de rompre le cercle vicieux de la survie : annonçant par voie d’affiche sur sa porte qu’il ne payerait plus son loyer tant qu’il n’aurait pas retrouvé un revenu décent.
On en avait déjà parlé ici et .


Et tant qu’à passer pour un occupant abusif – pire, un de ces «assistés» voué à l’opprobre sociale parce que sa fragilité psychique lui vaut une « pension d’invalidité » –, il a pris le parti de livrer son cas de chômeur en burn out à la publicité. Et de couvrir la façade de son modeste logis d’affichettes à l’usage des passants.


Ce journal mural a pris de l’ampleur pendant les 3 années de résistance de ce Bartleby contemporain qui préférait ne pas… perdre sa vie à gagner le montant de son loyer. Privé de courant par EDF, il a aussi choisi de ses rebrancher par ses propres moyens, pour échapper à la nuit noire de son solitude à huis clos. Une telle énergie du désespoir lui a attiré bien des sympathies, des marques de solidarité, mais aussi l’incompréhension de certains : « T’as qu’à bosser comme tout le monde » » ou « Faut être réglo avec ton proprio ! »

L’hostilité alentour s’est parfois soldée par des altercations sévères, et même des coups et blessures à son encontre. D’où quelques plaintes au commissariat, classées sans suite. Et le passage il y a un an et demi de trois sbires appointés par le syndic pour nettoyer ses placards protestataires au Kärcher.


Début 2015, la pression des huissiers s’est renforcée.

Et sa résistance doublée d’une terrible prophétie à la bombe aérosol.

Quand on a épuisé tous les recours auprès des guichets sociaux (aveugles et sourds à ses appels), ne reste plus qu’une colère implosive, une bataille contre l’indifférence qu’on livre à ses dépens. Pour l’expulsable en sursis, camper sur ses positions, c’est aussi jouer à la roulette russe plutôt que déposer les armes. C’est, de guerre lasse, prendre le risque de mettre son existence en péril… comme tant de migrants en font la tragique expérience d’une rive à l’autre de la Méditerranée.

Lundi dernier, alors que Jérôme V. s’était une nouvelle fois rendu au commissariat de la rue Chauchat (Paris IXe) pour signaler les menaces de riverains hostiles, on lui a fait comprendre qu’il était surtout une menace pour lui-même, bref que son attitude suicidaire nécessitait une mise en observation à l’infirmerie psychiatrique de la Préfecture. Il y a passé 48 heures à l’isolement. Et jeudi 18 juin au matin, retrouvant sa précaire liberté, il a vite déchanté, une fois retourné chez lui : façade nettoyée et porte close.

Entre-temps, l’huissier mandé par le syndic n’avait pas chômé, profitant de la mise à l’écart du contrevenant pour faire place nette et changer les serrures. Et au terme de cette expulsion médico-légale, une vague promesse de relogement très provisoire en hôtel meublé. Comme pour ses infortunés semblables, les réfugiés de la Chapelle, invisibilisés manu militari. Aux dernières nouvelles, ce SMS envoyé par Jérôme à ses rares soutiens, comme une bouteille à la mer…



8 juin 2015
[Prototype du thriller bas-de-gamme –
en une douzaine de photogrammes.]

Une entrée en matière captivante
de très obscures péripéties
et une issue ouverte



2 juin 2015
[L’escroquerie à l’endettement
spams & mirage du prêt étudiant.]

D’ordinaire remplie d’arnaques pyramidales sous pseudo, chaînes de la bonne (in)fortune ou ventes de viagra XXL, ma boîte mail croule depuis un mois sous les spams proposant un douteux crédit revolving pour pigeons estudiantins endettés jusqu’au cou… enfin, jusqu’au coup de bluff spéculatif suivant. Pour preuve, le tas de courriers indésirables ci-dessous.

Histoire de brouiller les pistes,  ces spams démultiplient  leur «objet» sous de subtiles variantes : Are You Struggling with StudentLoanDebt?, Are You Unable to Pay Your StudentLoans?, Can You Reduce StudentLoans?, Find out How You Can Reduce your StudentLoan Payments, Get Help with StudentLoans Now…Dans un but unique, trouver les naïfs qui contacteront ce numéro de téléphone miracle pour leur offrir un crédit revolving étalé dans le temps et renouvelable, bref une vraie-fausse solution à taux usuraire. Mais comment se plaindre de cette escroquerie en bout de chaîne, puisqu’elle n’est que l’aboutissement logique d’un principe initial : l’endettement forcé qui ont ont déjà pris en traitre des millions de jeunes adultes scolarisés sur l’ensemble du continent américain (du Chili au Canada). Quelques éléments comptables pour prendre la mesure du problème : aux États-Unis, ils sont aujourd’hui 40 millions à avoir souscrit un prêt étudiant qui s’élève à 30 000 dollars en moyenne.

Et comme, depuis un quart de siècle, les frais de scolarité y ont augmenté de 440% (sur le dos des contractants), la bulle spéculative du crédit étudiant made in USA atteint les 1160 milliards de dollars. D’où les faillites personnelles en masse pour ceux qui osent rater leurs examens, changer de filière ou ne pas bosser 365 jours par an le reste de leur vie, insolvabilité qui se cumule avec le poids de l’endettement lié aux frais de santé.

À l’heure où les commissaires du Marché européen tentent d’imposer aux retraités grecs, ces insolvables dépensiers, le passage du minimum vieillesse à 320 euros, sous le seuil de pauvreté donc, on comprend que, que d’un bout à l’autre de la planète, le régime de la dette nous conditionne… de vie à trépas, de la fac à la maison de retraite, et bientôt de la GPA aux soins palliatifs. La faute à qui quoi qu’est-ce ? à notre faute initiale justement, ce «péché originel» qui nous rend débiteur de naissance : depuis que Adam & Eve, selon le credo de trois religions monothéistes, ont commis un célèbre acte de grivèlerie en négligeant qu’après avoir bien profité de l’abondance du jardin d’Eden, il fallait passer à la caisse, comme dans n’importe quel supermarché. D’où la punition de la morale économique obligatoire: soyez insatisfaits et remboursez.

Alors ? Quelle parade à ce système fatalitaire ? une cessation collective de paiement. Certains étudiants états-uniens ont commencé à y penser, dès 2012, avec le mouvement Strike Debt.
Ce n’est qu’un débit, continuons à ne pas…!
Faillis de tous les pays, faisons banqueroute !

Post-scriptum :
Sur ce même sujet, ici à peine ébauché, on pourra en savoir beaucoup plus en lisant : Gouverner par la dette de Maurizio Lazzarato, éditions des Prairies ordinaires ain si que certains extraits ici même.



1er mai 2015
[Après le meurtre policier de Freddie Gray à Baltimore –
l’iconographie sélective des médias français en technicolor.]

Après le passage à tabac de Freddie Gray dans une fourgonnette de police, jusqu’à sa mort dite «accidentelle», le 12 avril dernier, les obsèques ont donné lieu à une violente émeute, suivie de nombreuses manifestations, sur place et dans diverses villes des Etats-Unis. Un bon marronnier pour les médias français : Obama au prise avec la «fracture raciale».  Du Figaro au Monde en passant par 20 minutes ou l’Obs, l’expression fait fureur dans les titrailles de couverture : «fracture raciale». Avec sa variante mimétique en une de Libération :

On aurait pu imaginer un focus sur le racisme anti-noir de la police états-unienne, ce serait prendre parti. Non, il s’agit d’un différend «racial» en général. On aurait pu imaginer un angle plus subtil sur la fracture entre la haute bourgeoisie noire (incarnée par l’actuel président) et les oubliés des ghettos, mais ce serait alors insinuer une fracture sociopolitique, et ça c’est trop complexe et clivant, le «racial» c’est flou, mais ça fédère l’imaginaire du lecteur franco-français.  D’ailleurs pour le choix des photos, c’est pareil. Une révolte raciale, c’est des jeunes blacks encagoulés qui détruisent tout sur leur passage (en l’occurrence une voiture de police qui stationnait dans les parage et qui a servi de très naturel exutoire à la fureur collective). Mais vu de loin, sans autre légende explicative, c’est fait pour ressembler à un affrontement entre des gangs de drug dealers avec des flics qui font ce qu’il peuvent pour ramener le calme. En page intérieur de Libé, ça donne ce très chic & choc tableau vivant en scope (avec un spectaculaire tatoué à la Mapplethorpe qui structure l’ensemble comme une icône gay hors sol).

Trêve de myopie sélective, il suffira d’une minute à n’importe quel internaute pour découvrir l’envers du décor : des manifestations massives de jeunes é plus vieux de toutes couleurs & origines, avec des pancartes aux mots d’ordre anti-flics & anti-racistes, associés à une critique de la ségrégation sociale. Rien d’étonnant à cela puisque cette ancienne ville industrielle a été à la pointe de la lutte pour les Droits civiques, de la contestation étudiante puis du mouvement des Blacks Panthers surant les sixties & seventies. Pour preuve, ce lot d’images empruntées, entre autres, au facebook de OccupyBaltimore.

Ce qu’il Fallait à tout prix ne pas nous montrer. Zoom avant sur un corps social en ébullition :

Quant au mode de représentation de l’émeute, on nous montre rarement ce que peut devenir une attaque massive et ciblée contre les forces surarmées de la répression quotidienne.

Sur cette vidéo, on échappe pour une fois à la subjectivité policière des caméras de surveillance :
https://www.youtube.com/watch?v=8oERciGvVbE#t=22

Autre vidéo, proprement hallucinante, celle montrant un très glamour envoyé spécial de CNN (on dirait le patron de radio-France ou notre ministre de l’économie) au milieu des affrontements en cours.

Dans la dernière minute, le gentleman-reporter prend à témoin quelques manifestants pour leur reprocher d’avoir cramé le seul drugstore des environs…

La réponse d’une habitante au cheveux gris est si  argumentée et cinglante… que le clown médiatique rend aussitôt l’antenne!

A ne pas manquer, c’est là :
https://www.youtube.com/watch?v=cungbgYd3iE

En guise d’épilogue, rappelons qu’au cours du seul dernier mois, la violence policière en ïle-de-France a provoqué la mort de deux personnes sans défense : Amadou Koume dans le commissariat de la rue Louis Blanc (Paris X) et Pierre Cayet (un Guadeloupéen de 54 ans) dans un commissariat de Seine-Saint-Denis. Sans parler des multiples mutilations au flash-ball à Montreuil, Nantes et ailleurs. Il n’est pas surprenant qu’aucun journaliste (assermenté par les médias officiels) n’ait pensé à faire le lien avec les soi-diant «bavures» de Ferguson ou Baltimore.

Post-scritpum (from Baltimore) :
Curtis Price, le travailleur social qui avait fondé au début des années 90 le journal Street Voice (entièrement écrit par des sans-abris) nous donne – via l’ami Charles Reeve – ses premières impressions du jour, face à l’État de siège qui a été décrété sur place :
«The situation remains quite fluid. In the “good” neighborhoods, life pretty much is going on as before. In the rest of the city, there’s been an effective militarization of the streets. The National Guard and police have a heavy presence. Last night, on my job, which borders one of the riot areas, I saw over 100 police cars silently stream up the street, sirens flashing, followed by rows of National Guard trucks. This stepped up military presence of course is intended to send a message.
This weekend I think will determine how far events go. Several rallies are scheduled in support of the rioters. There’s still a lot of palpable  anger in the poor areas, an anger that will continue to simmer, especially if a whitewash of the police actions in Freddie Gray’s death is issued, which looks likely. Already, the Mayor and police department are attempting to downplay the results of the investigation and may even try to hold off releasing the information. New information is regularly coming out, such as news of a highly unusual and unplanned stop made by the police van carrying Gray on its way to the station. Small groups of protestors have tried to defy the curfew and this weekend, the numbers might grow. Another wildcard is if the nation wide demonstrations in solidarity expand. Contrary to what the authorities are trying to say, that the worst is behind, I think there’s a strong possibility of new eruptions.
It’s impossible to summarize anything now. However, I don’t think the standard left response about poverty, unemployment, the need for jobs, captures the full dynamics of what’s going on. In some ways, the unrest reminds me of what happens in the French suburbs. The young people in the streets Monday night are still unheard; most of the “spokespeople” for the demonstrators are Black college students who don’t always have the raw contact with the street. In contrast to Ferguson, where you had a rebellion against a white-dominated political establishment, in Baltimore, there’s been an entrenched and self-serving Black political leadership ruling the city for decades. In some ways, it can be said the riots have been the first significant rebellion against this type of leadership and it’s been a welcome sign that many protesters see through the  hollowness of this establishment

Ce n’est évidemment pas le point de vue défendu par David Simon – l’ex-journaliste du Baltimore Sun & scénariste de The Wire –, qui tente, lui, de séparer le bon grain de l’ivraie parmi les manifestants : «Now — in this moment — the anger and the selfishness and the brutality of those claiming the right to violence in Freddie Gray’s name needs to cease.  There was real power and potential in the peaceful protests that spoke in Mr. Gray’s name initially, and there was real unity at his homegoing today. But this, now, in the streets, is an affront to that man’s memory and a dimunition of the absolute moral lesson that underlies his unnecessary death.» En se gardant bien de critiquer la mise sous tutelle militaire de  quartiers entiers (comme il avait été fait à la Nouvelle-Orléans après le passage de l’ouragan ouragan
Katrina).

[En amont de cette actualité, on pourra se reporter à l'article que nous avions consacré sur ce pense-bête à «The Wire et Street Voice, deux regards sur l’envers du décor de l’American Dream à Baltimore».



28 avril 2015
[Aux Athéniens qui réinventent notre destin –
Entre l’ancien et le nouveau, roman-photo.]



13 avril 2015
[De retour des inoubliables limbes romaines –
roman-photo d’une ville trop humaine.]

Et ce dernier cliché a priori sans intérêt, si je n’avais détourné la signalétique du Parking de son sens premier.
Special dedicace à toute l’équipe de l’Orma editore :
Lorenzo, Marco, Elena & Chiara.



3 avril 2015
[Al ritorno da Milano, un roman-photo
en 33 diapos qui me collent à la peau.]



Post-scritptum :
Immense merci à toute l’équipe de l’Orma Editore – Lorenzo, Marco, Elena & Chiara – pour m’avoir invité à Milan à l’occasion de la parution de Souviens-moi en italien.
Comme dit le vieux refrain d’adolescence : «Ohé, les amis, je ne vous oublierai jamais…»



16 mars 2015
[Images arrêtées & idées fixes
Théâtre de boulevard & comédie naturiste.]

Tourner le dos à son profil publicitaire.



6 mars 2015
[Souviens-moi, en version italienne —
Ricordarmi di, chez L’orma editore.]

Il y a trois semaines, Souviens-moi est paru en Italie. C’est l’œuvre d’une petite maison d’édition indépendante, L’Orma editore, fondée en octobre 2012 à Rome par Lorenzo Flabbi & Marco Federici Solari. Dans leur catalogue en devenir, des vivants et des morts, des Italiens ou pas, des patrimoniaux et des contemporains : E.TA. Hoofmann, Fernando Pessoa, Italo Svevo, Antonio Gramsci, Bernard Quiriny, Günter Wallraff ou Annie Ernaux. Bref, une deuxième vie en VI (Version Italienne) et en bonne compagnie.

La traduction de haute voltige a été ciselée par Massimiliano Manganelli & Eusebio Trabucchi.
Un petit aperçu en cinq fragments :

Di non dimenticare che a forza di spaccare noci con una testata sul tavolo della cucina per far scoppiare a ridere i miei figli, all’indomani di una cena in cui si era bevuto generosamente mi sono trovato, oltre alla bocca molto impastata, una piccola crosta sanguinolenta tra le sopracciglia, esattamente nel posto che numerose saggezze dell’estremo Oriente consacrano al terzo occhio.

Di non dimenticare che, agli occhi di trippai e veterinari, il cervello d’agnello rientra organicamente nella categoria delle frattaglie, tanto quanto il fegato di vitella et il rognone, mentre teologi e critici letterari, dal canto loro, preferiscono distinguere le alte opere cerebrali dalle basse opere viscerali.

Di non dimenticare quell’ultima passeggiata con mia madre, tra Belleville e Stalingrad, qualche mese prima della sua morte, noi due, a braccetto in mezzo a un corteo che reclamava la regolarizzazione in massa dei  migranti del lavoro, quando io, alzando la voce tra la folla, avevo aggiunto allo slogan rituale – «Documenti per tutti!» – un inedito colpo di coda: «O tutti senza documenti!», che mi era valso dapprima una smorfia di lieve riprovazione materna, e poi, appena intorno fu ripresa quella nuova parola d’ordine, un lampo di complicità maliziosa nei suoi occhi.

Di non dimenticare che presto saranno trent’anni che vivo con la stessa donna, senza PACS sottoscritti né anelli scambiati, e che questo amore porta il nome oggi fuori moda di unione libera.

Di non dimenticare Aleksandar, un editore alternativo di Belgrado che, stufo di essere rinchiuso entro i confini di una Iugoslavia ridotta alla sua più semplice espressione serbo-serba, ha finito per concedersi un visto senza ritorno per l’Italia dove, secondo le ultime voci, è diventato pizzaiolo in riva al mare.

En ce qui concerne ce dernier fragment, pour ceux qui voudraient comparer avec la version française, ils auront le choix entre le texte originel publié aux éditions de l’Olivier…

De ne pas oublier Aleksandar, cet éditeur alternatif de Belgrade qui, las d’être enfermé dans les bornes étroites d’une Yougoslavie réduite à sa plus simple expression serbo-serbe, a fini par se payer un visa sans retour pour l’Italie où, selon les dernières rumeurs, il est devenu pizzaïolo en bord de mer.

Et une autre version, plus originale, établie par la traduction automatique de Google :

Sans oublier Aleksandar, une alternative éditeur de Belgrade, malades être confiné dans les frontières de la Yougoslavie réduite à sa plus simple expression de la Serbie-serbe, terminé profiter d’un visa sans retour en Italie où, selon les dernières rumeurs, la pizza est devenu par la mer.

Quant aux premières « recensioni » dans la presse transalpine, c’est ici ou ou même ailleurs.



16 février 2015
[Le pseudo-complot sataniste des Illuminati —
Deux siècles d’irrésistible mondialisation
d’une mystification à la con (1797-2015).]

À l’origine de cette légende, un fait établi : l’Ordre des Illuminati a bien été fondé en 1776 dans le duché de Bavière (à dominante catholique alors que l’Allemagne du Nord était luthérienne) par l’ancien élève des Jésuites & juriste à la Faculté d’Ingolstadt Adam Weishaupt (1748-1830). En soi, le phénomène n’a rien d’original. Depuis le début du XVIII siècle, à travers toutes les villes d’Europe, des universitaires, scientifiques, philosophes ou notables, épris d’un rationalisme « éclairé » et d’une quête éthico-spirituelle hétérodoxe, créent des sociétés et confréries plus ou moins secrètes pour propager leurs idées sans subir les interdits professionnels et autres emprisonnements arbitraires à la demande du clergé. Leur clandestinité répond d’abord à la brutalité répressive d’un ordre moral théocratique, même si chez certaines Loges de la franc-maçonnerie cette dissimulation obligée s’accompagne d’un goût ésotérique pour les rituels d’initiation, d’un cloisonnement pyramidal et de signes de reconnaissance symboliques.

Revenons à nos fameux Illuminati. De cinq membres fondateurs, cette « école de sagesse » compta la première année une soixantaine d’affidés. Après le ralliement du baron Knigge, franc-maçon influent du Nord de l’Allemagne, le cercle des adhérents passa à quelques centaines, dont quelques Princes germaniques et intellectuels de renom (Goethe entre autres). Mais cette expansion connut un brutal coup d’arrêt en 1784, le duc de Bavière, Charles Theodore ayant banni toutes les associations créées sans son aval. Les leaders des Illuminati furent aussitôt arrêtés, dont un certain Xavier Zwack, disciple exclu peu aurparavant qui, par esprit de vindicte, fournit à la police des traces écrites douteuses visant à prouver que cette organisation défendait l’athéisme, l’égalité homme-femme ou le droit au suicide, usait d’un langage crypté ainsi que d’une encre magique et, plus grave, se donnait le droit de vie ou de mort sur ses membres par empoisonnement.
Ce sont ces documents, abusivement tronqués hors contexte ou carrément contrefaits, qui vont nourrir les premiers soupçons, à la fin du XVIII siècle, envers l’influence des Illuminati, confrérie pourtant réduite à néant. Mais entre-temps, la Révolution française a eu lieu et, dans la foulée, un régicide et l’abolition des privilèges féodaux sous la pression de Jacobins se réclamant des Lumières. D’où un vent de panique dans toutes les monarchies alentour. Ceci expliquant cela, en 1797, paraît en Angleterre Proofs of the Conspiracy, un brûlot signé par un mathématicien écossais, lui-même franc-maçon, John Robison, persuadé que les Illuminati ont tenté de noyauter l’ensemble des Loges européennes pour « déraciner les religions et renverser les pouvoirs existants. » Pour preuve, il accuse Mirabeau et Talleyrand d’avoir été des Illuminati infiltrés mettant leur programme à exécution lors de la Révolution de 1789. Autre texte émergeant un an plus tard, Mémoires pour servir à l’histoire du Jacobinisme, du jésuite Augustin Barruel, révèle à son tour une « triple conspiration des sophistes Illuminati [prônant] l’impiété, la rébellion et l’anarchie », relayant ainsi l’emprise blasphématoire des maçons encyclopédistes et de leurs maîtres à penser Voltaire, Montesquieu ou Rousseau.

Selon ces deux prêcheurs contre-révolutionnaires, « l’infecte nuée de mouches illuministes » (dixit J. Robison) aurait déjà entamé sa propagation aux États-Unis : « l’immensité de l’océan est une bien mince barrière contre la conspiration universelle de cette Secte » (dixit A. Barruel). De fait, en Nouvelle Angleterre, les Révérends Jedidiah Morse (pasteur de la First Church de Charlestown), David Tappan (professeur à Harvard) & Thimothy Dwight (président de Yale College) diffusent la rumeur venue d’Europe, appelant dès 1798 à combattre « la cruauté et la rapacité de la Bête » dont les fils sont « les dragons de Marat » et les filles  « des concubines des Illuminati », avec à leur tête sur le sol américain Thomas Jefferson, vice-président démocrate et opposant farouche des Aliens and Sedition Acts, ciblé pour ses sympathies francophiles et dénoncé comme traître à sa patrie depuis qu’il s’est rallié à cette « modern illumination » par une campagne de presse, si excessive qu’elle fera long feu. Cette politique du soupçon a semé ses premières graines outre-Atlantique, le temps de la récolte viendra… un siècle plus tard.
En France, le même abbé Barruel se lance, en 1806, dans une nouvelle croisade, anti-juive cette fois, qui remet implicitement en perspective ses précédentes extrapolations anti-Illuminati, mais repose sur une pure et simple mystification, comme l’a montré l’historien des idées P.-A. Taguieff (dont on peut apprécier le travail d’investigation documentaire sans partager ses amalgames idéologiques). Ainsi Augustin Barruel a-t-il inventé de toutes pièces une lettre d’un certain capitaine Jean-Baptiste Simonini lui transmettant des informations confidentielles prouvant que toutes les sociétés secrètes du monde ont à leur tête une « secte judaïque » qui doit sa puissance mondiale à ses réserves « d’or ». Ce faux courrier a d’abord circulé de façon confidentielle, avant d’être reproduit en 1878 et largement diffusé jusqu’aux Etats-Unis. S’ensuivront d’autres manipulations du même type, notamment le Discours du rabbin, roman paru à Berlin en 1868, racontant la prétendue assemblée secrète en charge d’un « programme juif de conquête du monde », ainsi que l’encyclique du pape Léon XIII (Humanum genus, 1884) désignant la maçonnerie comme suppôt d’une « funeste » conspiration internationale. Arrive enfin l’heure de la vulgarisation à succès avec, en 1886, La France juive où Édouard Drumont constate :

« Après les innombrables volumes publiés sur ce sujet, il me parait inutile de répéter ce que tous les historiens, Louis Blanc notamment, ont écrit sur le rôle joué par la Franc-Maçonnerie dans la Révolution. Il n’est plus contesté par personne non plus que la direction de toutes les loges ne fût passée alors aux mains des Juifs. Le Juif portugais Paschales avait fondé, en 1754, une société d’initiés, les Cohens, dont les idées furent vulgarisées par Saint-Martin. En 1776, le Juif Adam Weishaupt créait la secte des Illuminés qui se proposait, pour but principal, la destruction du catholicisme. »


Pour la première fois, un lien, encore ténu, est établi entre conjuration « judéo-maçonnique » et ordre des Illuminati. La boucle complotiste est bouclée, qui reprendra après la Grande Guerre et la Révolution russe du poil de la bête (immonde), tout d’abord outre-Manche.
Si au début des années 20, commencent à émerger en Europe des écrits reprenant la thèse du complot « judéo-maçonnique » des Jacobins pour l’étendre à leur descendants directs, les « judéo-bolchéviques », c’est Nesta Helen Webster (1876-1960) qui, la première, va insister sur le rôle déterminant des Illuminati dans ce processus. Qui est-elle ? Miss N. H. Webster et la fille d’un évêque anglican et l’épouse d’un surintendant de la police britannique. Au cours de ses recherches au British Museum et à la Bibliothèque Nationale, elle étudie l’influence des Loges maçonniques sur les Révolutions en série de 1789, 1848 et 1917, se penche sur Les Protocoles des Sages de Sion (pur montage de la police tsariste, mais d’une « authenticité probable » à ses yeux) qui lui inspireront, en 1920, de nombreux articles consacrés au « Jewish Peril » dans le Morning Post et proclame à la même époque sa croyance dans les théories de la « réincarnation » (fondé sur des sensations de « déjà vu »). Sollicitée pour donner des conférences auprès des agents des services secrets britanniques, c’est à leur demande spéciale qu’elle rédige World Revolution. The Plot Against Civilization [La Révolution mondiale, le complot contre la Civilisation], paru à Londres en 1921. Trois ans plus tard, devenue membre la British Union of Fascism, ses lubies conspiratives se focalisent, dans un nouvel opus, Secret Societies and Subversive Movements, sur la clé de voûte Illuminati :

« Ce groupe, comme celui de tous les ordres ésotériques subversifs, est, par le biais de processus tels que l’eurythmie, des méditations, des symboles, la Magie noire, d’éveiller une force et produire une fausse “Illumination” dans le but d’obtenir la “Voyance Spirituelle”. […] Ces ordres sont contrôlés par un Ordre SOLAIRE d’après la nature des Illuminati. »

Autre pionnière en ces obscures prophéties, Lady Queenborough, de son vrai nom Edith Starr Miller (1890-1933), co-auteur avec Leslie Fry d’un ouvrage posthume, Occult theocracy, (1933), qui développe la synthèse complotiste de Nest H. Websterun accusant les Illuminati (dont l’existence remonterait à une Loge espagnole de 1520, comme chez Edouard Drumont), de diriger un conjuration jésuito-judaïco-maçonnico-brahmanique pour renverser le christianisme.
À la même époque, on retrouve trace des mêmes élucubrations aux États-Unis, chez le Révérend Gerald Burton Winrod (1900-1957), évangéliste qui soutiendra que seul Hitler pouvait sauver l’Europe de la « Jewish-Communist conspiracy » et voyait en Franklin D. Roosevelt un être diabolique. Or, dès 1935, le même pro-nazi et antisémite forcené a consacré un ouvrage au fondateur prétendument juif des Illuminati ainsi intitulé : Adam Weishaupt, a Human Devil.


Autre maillon crucial de cette chaîne de propagation, William James Guy Carr (1895-1959), commandant de la marine anglaise devenu agent de renseignement canadien. Célèbre depuis les années 30 pour ses conférences contre « The International Conspiracy », il devient vers 1950 le leader de la très anti-communiste National Federation of Christian Laymen de Toronto avant de publier, en 1955, Pawns in the Game [Des Pions sur l'échiquier] qui sera « the most influential source in creating the American Illuminati demonology », selon l’expert en culture occultiste Bill Ellis.
Évoquons enfin le cas de Milton William Cooper (1943-2001), gradé de la marine américaine qui accusa Dwight D. Eisenhower d’être un Illuminati et d’avoir négocié un traité avec des extraterrestres en 1954, accord dont seuls les initiés de la secte  partageraient depuis le secret, à ceci près que ces « Illuminés » sont désormais les jouets de ces terribles « Aliens »… À ce stade de délire, on est en droit d’hésiter entre l’effroi et le fou rire. Et pourtant, le pire est encore à venir.

Soixante-dix ans plus tard, où en est-on dans le deep South des Etats-Unis ? Un récent article de Curtis Price, « Alabama’notes » [disponible en français sur le site Article11), nous éclaire à ce sujet. Ce travailleur social aux sympathies radicalement à gauche et ex-fondateur du journal des sans-abri de Baltimore Street Voice (publié chez Verticales & commenté ici) s’inquiéte justement de la large diffusion de la rumeur illuministe dans la population afro-américaine :

« Saviez-vous que Whitney Houston est morte noyée dans sa baignoire d’hôtel alors que des membres hollywoodiens des Illuminati s’étaient rassemblés dans une salle de bal alentours pour voler son âme ? Non. Pourtant, l’adhésion aux thèses du complot illuminati, auparavant plutôt l’apanage des Blancs, est désormais l’un des marqueurs montrant l’ampleur de la défaite des classes ouvrières noires. Selon ceux qui y croient, cet ordre secret, rassemblant riches et puissants, manipulerait et contrôlerait en sous-main tout ce qu’il est possible d’imaginer. Chaque événement négatif serait de leur fait. Même si cette théorie du complot n’est pas confinée aux milieux pauvres et noirs du Sud, c’est en leur sein que j’ai le plus entendu de références aux Illuminati, lancées l’air de rien et les rattachant à chaque fait saillant du quotidien : “Encore un coup des Illuminati...” »

D’où une question qui vient aussitôt à l’esprit. Comment ces théories du complot véhiculées un siècle et demi durant par des nostalgiques de l’Ancien Régime, des néo-Inquisiteurs de la chrétienté, des fasciste anglo-saxons, des compagnons de route du Ku Kux Klan et autres ufologues négationnistes ont-elles pu pénétrer l’univers mental des jeunes afro-américains d’aujourd’hui ? On trouvera une ébauche de réponse convaincante dans How to overthrow the Illuminati, une brochure issue des milieux libertaires étasuniens (attention pas libertariens, ne pas confondre), dont une traduction partielle en français a été réalisée par le GARAP, hélas amputée du passage qui nous intéresse ici : « Conspiracy Theories During Black Power, and After It ». Ce chapitre expose en détail l’hétérogénéité conflictuelle des forces en présence parmi les activistes du Black Power, à la fin des années 60. Si Les Black Panthers et, parmi eux, la communiste Angela Davis, « identified the enemy as white supremacist capitalism, and aimed to unite workers of all races against this system », d’autres tendances prennent de l’ampleur sur fond de répression par le FBI : celle du nationaliste Ron Kanranga, fondateur de la fête pan-africaniste Kwanzaa en 1966 ou du poète Amiri Baraka, leader du Black Arts Movement et bien sûr celle du groupe suprématiste confessionnel noir Nation of Islam, dont l’audience fut décuplée par l’assassinat de Malcolm X, auquel succedera l’antisémite obsessionnel Louis Farrakahn. Si ces trois derniers groupes ne se réfèrent pas explicitement à la fable des Illuminati, ils ont déjà tendance à expliquer l’injustice sociale et la ségrégation post-esclavagiste par l’emprise séculaire des Juifs et des Maçons, et à rejeter leurs alliés naturels, la jeunesse blanche radicalisée qui lutte tout à la fois contre le racisme institutionnel et la guerre du Vietnam. Ces franges ethnocentristes, prônant un retour aux racines africaines ou une conversion à un Islam revisité de façon ésotérique, passe sous silence toute conflictualité interne entre les pauvres ghettoïsés et la bourgeoise noire émergente, pour mieux cibler une prétendue mainmise d’une internationale juive à la tête du pouvoir fédéral, rejetant  ainsi la solidarité effective de l’intelligentsia juive progressiste dans la lutte pour les Droits Civiques.
À rebours de cette volonté de racialiser la lutte, on citera, entre autres, la tentative de Fred Hampton, un leader des Black Panthers, de mettre sur pied en 1969 une Rainbow Coalition avec des activistes « of all colors »… Il payera ce courage politiue de sa vie quelques mois plus tard, assassiné par le FBI à Chicago. Ainsi, l’éradication des Panthers (et d’autres militants jugés trop « marxistes ») dans les années suivantes contribuera à laisser la place libre aux sensibilités purement identitaires du Black Power. Cette hypothèse demanderait à être affinée, d’autant que le choix entre des mots d’ordre politico-sociaux ou nationalo-ethniques a pu traverser, diviser, agiter, tous les groupes concurrents à cette époque et parfois même se confondre indistinctement. Reste que c’est bien au lendemain de cette défaite sanglante du mouvement noir étzunien que le grand récit illuministe de substitution a pu prendre place.


En 1973, les Last Poets – pionniers d’une rythmique chorale afro-américaine qui sera une influence majeure de la musique Hip-hop –, enregistre leur troisième album Chastisement où figure « E Pluribus Unum », un titre qui détaille pendant 4mn30 tous les symboles du one dollar bill. Avec ce groupe qui affiche tout à la fois sa sympathie pour le défunt Malcolm X et une commune sensibilité rrévolutionnaire avec les Panthers, nous sommes, en ce début des seventies à la croisée des chemins. Et leur chanson illustre bien ce moment d’extrême ambivalence. Elle s’inspire dans le premier couplet d’une critique sociale acerbe : « Now, Dow Jones owns the people's homes / and all the surrounding land / Buying and selling their humble dwelling / in the name of the Master Plan », puis conclut: « And so the power is in the hand of the ruling classes / playing god with the fate of all the masses / so the people don't get any in the land of the plenty / because E PLURIBUS UNUM means One Out Of Many ». En substance, les masses sont dépossédées leur terre par la classe dominante, en des termes qu’aurait pu contresigner trente ans plus tôt l’auteur de This land is your Land, le folk singer communiste Woodie Guthrie. Mais la même chanson des Last Poets multiplie aussi les allusions à « thoses who hoard the gold » [ceux qui accaparent l’or], « the pyramid hangs the devil’s eye that created the lie » [la pyramide où se tient l’œil du diable qui a créé le mensonge] et enfin « the roman numerals at the base of the pyramid’s tells the date they began to exist when they established this branch of hell in seventeen-seventy-six » [ les chiffres romains à la base de la pyramide datent le début de leur existence quand ils ont créé cette branche de l’Enfer, en 1776]. On mesure ici combien, dès cette époque, le mythe d’une confrérie judéo-sataniste créée en 1776, bref des Illuminati, a déjà imprégné, même à mots couverts, la contre-culture du Black Power. La présence de signes maçonniques sur le papier-monnaie étazunien étant promise à devenir un des lieux communs du discours complotiste.

Reste à suivre les chemins de traverse qu’a pu prendre ce grand récit fantasmatique au cours des décennies suivantes jusqu’à devenir depuis le 11 septembre 2001 une des légendes urbaines les plus populaires parmi la jeunesse noire américaine. On s’aidera ici d’un article du chercheur en Science Sociales Travis Gosa Lars, (Corwell University, African-american studies, New York) intitulé Counterknowledge, racial paranoia, and the cultic milieu : Decoding hiphop conspiracy theory. Il y interroge d’emblée cette « strange political alliances» qui va peu à peu s’établir entre « some white suprematists and the Black Nation of Islam ». Le jalon essentiel de cette convergence a priori contre-nature tient aux origines de la sub-culture Hip Hop : la création au milieu des années 60 d’une branche dissidente de Nation of Islam autoproclamée The Five-Percent Nation, alias the Nation of Gods and Earths. Pour les adeptes de ce schisme sectaire issu de la mouvance Black Muslims, le monde se divise en trois catégories : 85% de la population vit dans l’illusion d’un faux-Dieu, mensonge entretenu par les 10% qui exercent un pouvoir « diabolique » sur la majorité. Quant au 5% restants, ce sont les Sages qui doivent éclairer cette masse « aveugle, sourde et muette » en révélant leur Vérité ésotérique, fait de langage crypté et de numérologie abracadabrante (où le 7 fait allusion à la date 1776). Quinze ans après sa fondation à Harlem sous l’égide de Clarence X13, les imageries et le contre-savoir initiatique de ce mouvement vont être remixés par les premiers Master of Ceremonies du rap new-yorkais.

Ainsi les messages du nationalisme noir et de sa variante islamo-kabalistique vont-ils trouver leur relais pendant le « golden age of hip hop » (1987-196), non sans populariser parmi les gangs des corners, les détenus des pénitenciers surpeuplés ou chez les fans des albums de Rakim, Nas ou Wu-Tang Clan, un scepticisme de masse envers les vérités cachées par des imposteurs sataniques qui chercheraient à « mentally enslave black people (…) by ‘‘lie-braries’’ and ‘‘tell-a-lie-vision’’. » Sans oublier nombre de rumeurs collatérales suspectant un Black Holocaust’Plan derrière la pandémie du Sida ou les ravages d’une nouvelle drogue, le crack. Il est évidemment difficile de dater la focalisation sur la Secte bavaroise dans cette mouvance. Un exemple parmi tant d’autres, en 1996, l’album des Poor Righteous Teachers, empruntant des imageries anti-Illuminati sur sa pochette, s’intitule The New World Order, selon la fameuse expression de George W. Bush célébrant la fin de la Guerre Froide, expression devenue dès l’été 1990 la formule magique (et prétendue preuve du complot) des conspirationnistes de tous bords.

C’est juste après les attentats du 11 septembre 2001, que toutes les légendes démoniaques touchant à l’emprise mondiale d’une seule et même société secrète trouvent leur synthèse dans le méta-complot Illuminati. Côté évangélistes d’ultra-droite, via la caisse de résonance du Net ou des télés privées, leur propagande prend une ampleur  considérable, s’appuyant entre autres sur les signes de connivences qu’échangeraient ces maîtres du monde ainsi que les images subliminales obscènes introduites jusque dans les dessins animés de Disney.

Côté scène Hip Hop, on observe une prolifération d’une obnubilation similaire en rumeurs incontrôlables. La plus prégnante concerne le rappeur 2Pac (fils d’une militant des Black Panthers) qui aurait été assassiné en septembre 1996 par les sbires de ladite Loge satanique pour avoir projeté d’intituler son album Killuminati. Au milieu des années 2000, une mutation s’opère. Ce sont désormais des stars du Rap ou R&B qui sont accusées, via interviews ou réseaux sociaux, d’être les marionnettes manipulées par leurs maîtres restées dans l’ombre (autrement dit, des Noirs ayant vendus leur âme à l’élite « judéo-maçonnique » blanche, mais sans prendre ni le risque ni la peine de le dire, comprend qui peut…). A tel point que le mouvement des Five Percenters est lui-même suspecté d’être une confrérie à la solde de ses frères ennemies. Parmi les cibles privilégiées de ces règlements de compte en cascades : Jay-Z, Beyoncé ou Rihana, ceux-ci n’hésitant pas à mimer exprès certaines gestuelles sataniques pour faire le buzz… Comme si les bobards ad hominem n’étaient plus ici que le prétexte à mettre en scène leur rivalité et agrémenter leur showbizness d’un storytelling fort rentable. On objectera qu’il ne s’agit plus là que d’un storytelling ludique où les Illuminati jouent le rôle d’Anti-Héros de pacotille, à l’image de leur frères ennemis les Super-Heros des Comics Marvel.

Il n’empêche, que des millions de jeunes groupies du monde entier se familiarisent avec cette forme de scepticisme-là – une méfiance envers le discours dominant des médias aussitôt retournée en hypothèse complotiste –, fait froid dans le dos. Ces racontars juvéniles ont beau, la plupart du temps, être déconnectés de leur background idéologique d’origine, – une Secte « judéo-maçonnique » à l’emprise mondialisée –, cette coquille presque vide produit son effet dévastateur : le dévoiement de toute conscience politique, remettant en cause l’ordre social, la propagande de tel ou tel Pouvoir institué, par l’esprit a-critique d’une fixette paranoïaque.

D’autant que la jonction entre les argumentaires de conspirationnistes de l’extrême-droite évangéliste et les dérivatifs Killuminati de la contre-culture Hip Hop est toujours possible. En puisant, par exemple, à la source des mêmes best-sellers, ceux de Dan Brown, de Anges et Démons (2000) à Da Vinci Code (2003), surfant sur l’ambigu fil du rasoir de l’authentique révélation documentée et de la pure fiction, pour brouiller les pistes et diffuser de pernicieuses contre-vérités historiques.

Autre cas de jonction, plus alarmant encore, quand le scénariste animateur-radio Alex Jones, figure de proue du mouvement Tea Party et climato-sceptique accusant l’État fédéral de planifier un eugénisme à l’échelle planétaire, reçoit dans son émission-vidéo PrisonPlanet.com, diffusée sur le Web, le rappeur KRS-One, lui suggérant que le président Obama et lui aussi une « puppet of the New World Order », alias les Illuminati, thèse reprise par le Professor Griff de Public Ennemy ou par le chanteur américano-péruvien du groupe Immortal Technique. Jusqu’à ce que, par retour de flamme du délire paranoïde, ce même Axel Jones soit dénoncé sur la Toile comme un « juif caché » et « agent provocateur » manipulé par les Illuminati.

Et la scène française n’a pas été épargnée par cette résurgence du message idéologique anti-« judéo-maçonnique » dans le phrasé a priori émancipateur dudit « rap conscient ». Il n’y a qu’à voir le véritable délire antisémite de la chanson « Illuminazi 666 », produite en 2008 par un ancien membre du groupe Assassin, sous son nouveau blaze, Rock’n squat, alias Mathias Cassel, frère de l’acteur et pote de Mathieu Kassovitz :

« Ils sont tous impliqués dans ces sociétés secrètes / John Kerry, George Bush, Tony Blair, Elysabeth / Grande Patronne du trafic d’opium / Illuminazi 6.6.6., le mensonge démasqué dans mon mix, mix ,mix / Y a pas de guerres que des bénéfices, les bankers, les cartels 6.6.6. / Skulls & Bones pratiquent des rites sataniques / Vénèrent Jabulon le nom de diable pour les juifs, / Magog est le nom de George Bush dans leurs rites / c’est le nom de l’armée de Satan, aïe aïe y a un hic ! »

Ce cas demeure sans doute assez isolé, mais le virus dormant de la rumeur peut aussi profiter à d’autres cinglés.

Arrêtons-nous là, sous peine de surestimer le nombre des adeptes identitaires, d’où qu’ils viennent, de cette idéologie du soupçon ciblé (ou de sombrer comme P.-A. Taguieff dans le délire néo-complotiste contre le péril «gauchisto-islamiste»).
Reste que la vigilance est plus que jamais nécessaire – comme le dossier «Complot partout, révolution nulle part», du journal CQFD de décembre 2014 le soulignait – face à la contamination de la pensée critique contemporaine par les pires contrefaçons du discours contestataires. Un dernier coup d’œil du côté du Street Art suffit à montrer comment la dénonciation orwellienne d’un Big Brother totalitaire d’hier & de demain peut virer, à son insu ou pas, du côté d’une imagerie ésotérico-fascisante.



Pages : 1234542