Pour etre tenu au courant
de temps en temps


@ffinités





































































































































































































































































Pages : 1234545

21 juin 2018
[Tiens ils ont (encore) repeint !, la suite –.
ce n'est qu'un (d)ébat, continuons les abus.]

Dans Tiens ils ont encore repeint ! 50 ans d’aphorismes urbains, avec l’ami graphiste Philippe Bretelle, on a voulu donner à voir la continuité mutante et hybride des écritures sauvages nées lors de mai 68, mais aussi faire la nique aux embaumeurs commémoratifs de ce printemps-là. Car ce sont souvent les mêmes qui magnifient les graffitis contestataires de la fin des sixties, et qui prennent des airs scandalisés sitôt que des bombages ou des tags, ces indignes « dégradations », apparaissent dans leur centre-ville gentrifié, aux abords d’une ZAD ou dans une fac occupée ici et maintenant. Ces anciens jeunes repentis, à moins qu’ils ne soient d’emblée nés vieux, ont la mémoire sélective et horreur des troubles poétiques, existentiels, transgenres ou subversifs d’aujourd’hui. C’est des conflits du temps présent qu’ils cherchent à faire table rase, en abolissant toutes traces de discordance active dans l’immédiate actualité. Si ce livre a eu un mérite, c’est de leur saloper la bienséance nostalgique, en redonnant la parole à tous les « amateurs du désordre ».
Cette collecte m’a tenu en haleine une dizaine d’années durant, et si j’ai cru qu’avec sa publication l’obsédante glane murale tirait à sa fin, c’est raté. Tant que les inscriptions fleurirons dans la rue, j’aurais du mal à faire l’impasse. Alors, comme le printemps 2018 m’a donné de nouvelles matières, j’ai pris des photos ou noté sur mes carnets d’autre bribes textuelles. Et autant partager ces trouvailles dans un nouveau volume en ligne… à télécharger gracieusement ici en pdf.

Quelques extraits icono et typographiques…
sens dessus dessous.

L’OISIVETÉ C NOTR PROJET
Paris XIII, fac de Tolbiac, 11 avril 18

Plus de libido
Moins de lacrymo
Paris VI, rue de la Sorbonne, fac, 12 avril 18

UNE DRÔLE DE
FAÇON DE
LA MAIN…
Notre-Dame-des-Landes,
bombage
sur caravane détruite, 12 avril 18

Et si vous pouviez
tuer le temps
sans blesser
l’éternité ?
Paris XIII, Le Lavomatik, pochoir, mi-avril 18

SAVE
OUR
SISTERS
Inde, Kathua, après viol d’une fillette, pinceau, mi-avril 18

J’ARRIVAIS PAS A DORMIR
Millau (près de), rouleau, mi-avril 18

LA NUDITÉ EST
UN VILAIN
DÉFAUT…
Pessac, fac Bordeaux-Montaigne, pochoir, mi-avril 18

mais qui selectionne
ceux qui selectionnent
ceux qui sont selectionnés ?
Paris XIII, bd Blanqui, bombage, 19 avril 18

merci d’exister
Paris III, passage du Pont aux Biches, pinceau, 19 avril 18

sous mes seins la grenade…
Paris XX, rue Clavel, bombage, 27 avril 18

BOUFFE À CHIER
VIE DE MERDE
Paris XIII, bd de l’Hôpital, bombage,
sur McDo saccagé, 1er mai 18

Ta mer
elle a
la cher
de poul
Arras, rue du Canon d’Or, 1er mai 18

ON TRAVAILLERA
QUAND ON SERA MORT
Paris XIII, bd de l’Hôpital, bombage, 1er mai 18

Normal si je pleure
je coupe des oignons
Paris X, rue des Petites-Écuries, 1er mai 18

Face au travail
tout feux
tout flemme
Paris XIX, Belleville, bombage, 2 mai 18

HABEMUS
PANAME
Paris XVIII, près Sacré-Cœur, bombage, 2 mai 18

Occupons l’opinion publique
Paris V, rue d’Ulm, ENS occupé, bombage, 3 mai 18

M’en
Ballecouille
J’SUIS MAJEUR
Marseille, bombage, 3 mai 18

Crier toujours
jusqu’à la fin
du monde
Paris III, rue du Vertbois, 3 mai 18

+ de pizza
pas de patriarcat
Lyon, allée d’Italie, ENS occupée, 4 mai 18

DEMAIN
ÇA COMMENCE
AUJOURD’HUI
et tous les jours
ça recommence
Paris IV, rue  Pierre au Lard, 4 mai 18

Enfermer
dehors !
Montpellier, 5 mai 18

LA VITA È TROPPO STRANA
Naples, bombage, 5 mai 18

I will not control myself
Rennes, fac Rennes-2, bombage, 6 mai 18

Remets
une couche
frère !
Marseille, Le Panier, 9 mai 18

CONTRE
L’INDIVIDU MODERNE
Albi (près de’), bombage, 9 mai 18

Brulons nos forets
pour faire du profit
Tulle, bombage, 10 mai 18

Adict
au
sex
Paris X, rue Lucien Sampaix, 10 mai 18

Rend visite
à
ta mère
Montréal, Hochelaga, bombage, 12 mai 18

Detruire , dit-elle
Paris X, rue de Lancry, 12 mai 18

CE TAG
SERA
LÉGITIME
DANS 50 ANS
Nanterre, fac, bombage, mi-mai 18

YOU NEVER
LISTEN TO
ME
Sarajevo, mi-mai 18

VA TE
FAIRE INTÉGRER
TOI-MÊME

MELENCHON LE PLUS CON
DES FRANÇAIS PRO-BOLIVAR
Saint-Denis, fac Paris-8, bombage, mi-mai 18

je t’aime dans tous mes états
Paris X, rue des Récollets, mi-mai 18

J’haïs les hommes !
[moi aussi]
Montréal, Hochelaga, bombage, mi-mai 18

PA D’PROJET
QUE DES
PROJECTILES
Paris V, place de la Sorbonne, mi-mai 18

je suis
un platane
Paris XI, bd Jules Ferry, blanco sur platane, mi-mai 18

on est les
erreurs de
votre usine
à cerveaux
Marseille, près fac Saint-Charles, bombage, 16 mai 18

crois en toi
[qui peut t’en n’empêcher]
Paris III, passage du Pont aux Biches, bombage, 19 mai 18

God is Alive
He lives inside my
GameBoyColor
Paris IV, rue du Renard, papier collé, 19 mai 18

Vous ditent
que se sont des
nuissances mais
c’est le bruit de
notre libertée
Cheix-en-Retz, 20 mai 18

LA VIDA ES
TOMBOLA
Paris III, rue Quincampoix, 20 mai 18

OUI
au
“NI”
Sète, bombage, 20 mai 18

Ils font pousser les barbelés
cultivons les tenailles
Clavière (Hautes-Alpes), bombage, 22 mai 18

J’en ai laissées des plumes
A t’aimer pendant des Plombes
Marseille 2, montée St Esprit, « Artusa », 22 mai 18

certains sont
des esclaves
d’autres
pic-niquent
Paris IX, rue de Bellefond, pochoir, 24 mai 18

Un écureuil
ça trompe
énormémeuil !
Lyon, Croix-Rousse, 25 mai 18

J’AIME
BIEN LA VIE
ÇA REMPLIT
MES JOURNÉES
Paris XIII, rue Esquirol, bombage, 28 mai 18

Rêve pas,
Vole de tes ailes
Paris III, rue de Bretagne, pochoir, 30 mai 18

ou est
mon fils
Paris XVIII, rue de Chartres, 1er juin 18

#balance ta banque
Paris XI, bd Beaumarchais, bombage, 2 juin 18

TOUT LE MONDE
ADORE LA
MIÈVRERIE
PSEUDO-SUBVERSIV.
Bordeaux, rue Planterose, bombage, 5 juin 18

ôte tes
peurs
lèche mon
aisselle
Toulouse, 5 juin 18

LE RÉALISME
C’EST RÊVER
Paris X, rue René Boulanger, 6 juin 18

élève tes
mots, pas
ta voix
Nantes, bombage, 7 juin 18

“JE SUIS 4127eme
SUR LISTE D’ATTENTE
ET TOI?”
Paris XI, av. de la République,
lycée Voltaire,
pochoir, 7 juin 18

MON EMPLOI
DU TEMPS
EST MON SEUL
EMPLOI
Lyon, Croix-Rousse, bombage, 9 juin 18

LA PERLE EST
L’AUTOBIO [graphie] DE
L’HUITRE
Nantes, bombage, 15 juin 18



8 juin 2018
[Sous-ensembles flous (4) –
Enfer climatisé et grève du cœur.]

Sachant qu’en France ils sont 66% à avoir dans leur entourage au moins un proche frappé par la misère et 34% à s’être déjà trouvés dans une situation d’extrême précarité, les discours sur la pauvreté ont-ils mesuré toute la différence entre ceux qui dépendent de l’auxiliaire être ou avoir ?

***

Plus il y a de CO2 émis à l’air libre plus il y a de trous dans l’atmosphère respirable, et plus la couche d’ozone se fait miter plus ça se réchauffe en surface sur la croûte terrestre, jusque-là rien que de très naturel comme catastrophe annoncée, plus  le ciel est  obturé plus ça tombe sous le sens que les rayons solaires vont nous griller tout crus, sans filtre, et que la banquise va se fondre dans les profondeurs aquatiques et que ça fera remonter les eaux de quelques millimètres par an autour de la mappemonde, et que cette marée haute d’origine plus du tout lunaire, elle va pas aider les pauvres du Bangladesh à rester au sec, ni empêcher les désert, sous l’effet de la canicule, de gagner du terrain en d’autres coins du globe et en des temps pas si lointains, bref, moins y’aura d’atmosphère sans CO2, plus y’aura de zones inhabitables sur notre mère la Terre, et c’est à partir de là que ça devient irrespirable comme raisonnement, parce que plus y’aura partout des conditions de non-vie caniculaires plus on aurait besoin de clim pour rester à demeure dans son hémisphère, aux USA c’est déjà ventilé à plus de 90%, mais pour les deux tiers de l’humanité, ça va devenir urgent de faire pareil, pour préserver des espaces vitales, même parmi les clapiers de la banlieue mondialisée, en Chine ou au Nigéria, chez l’épicier du coin ou le méga-mole péri-urbain, et chacun chez soi dans sa bulle automobile, et d’ici la fin du siècle ça sera le cas presque partout, à 70% équipés sur la terre entière, sauf que l’air de rien ça rajoutera 23 milliards de tonnes de CO2 dans les nuées, soit presque moitié plus que nos émissions actuelles, et là c’est au-delà de ce qu’on peut à peine penser imaginable comme raisonnement, plus il fait chaud en ville plus y’a de clim à domicile, et plus ça demande d’énergie fossile plus ça intoxique la biosphère, ouais, plus on branche la clim plus l’odieux CO2 nous pompe l’air, et plus ça se réchauffe sous la voûte céleste plus faut qu’on génère du froid, pire ça fout la zone au-dessus de nos têtes, et plus ça dégénère le climat plus ça creuse notre tombe ici-bas, bref plus on rafraîchit l’air ambiant plus y’a de trou entre nous et l’au-delà, et plus on se creuse les méninges avec cette foutue usine à gaz moins on voit le bout du tunnel, vu que plus il fera chaud plus faudra rajouter du froid, chaud froid, chaud froid, et caetera et caetera.

***

Etant donné que 20% des automobilistes avouent s’être déjà endormis au volant de leur voiture et que 80 % des messages publicitaires sont ressenties comme « sources d’ennui », sinon d’assoupissement profond, ne seriez-vous pas tenté, à première lecture, d’en tirer certaines conclusions hâtives ?

***

Une fois attesté que 20% des arrêts cardiaques recensés sur la voie public à Paris ont lieu dans une des cinq gares de la Capitale et que 2% des pannes et retards de trains sont dus à des mouvement sociaux, pensez-vous qu’il vaudrait mieux ne plus s’émouvoir en commun ou entamer une grève du cœur illimitée ?



24 mai 2018
[Images arrêtées & idées fixes
Tout baigne… la mer monte.]



17 mai 2018
[Pseudo-Dico, idiot & logique
Extraits d’un abécédaire en cours.]

Parmi d’autres textes courts en chantier, il y a ce petit opuscule : Pseudo-Dico, idiot & logique, qui s’épaissit petit à petit, sans régularité ni finalité figées d’avance.


Dans sa «pseudo-intro», j’ai essayé de revenir sur le «Comment du pourquoi » de ce projet qui hésite entre le goût du fautif et la faute de goût.

« […] Seul défi minimal, commenter chaque mot par association d’idées, esprit de conflagration, étymologie intuitive, amalgame accidentel, contresens inopiné, déduction analogique, méprise significative, sinon par défaut mineur ou faute d’étourderie. Et surtout, lâcher la bride, perdre contrôle, laisser sortir les bouts d’énoncé à l’oreille, faire confiance aux courts-circuits intérieurs, aux paradoxes venus d’ailleurs. Projet impur et simple, trivial et mégalo. D’où son sous-titre – idiot & logique – qui me revient de loin, l’éternel adolescent jamais lassé de singer les sapiences de l’homo academicus, avec force grimaces et effets de manches. […]
Mon principe de base: mettre en relief des hiatus poétiques. J’ai dû croiser cette drôle d’intuition entre 15 et 16 ans, à force de dévorer du Nietzsche en n’y comprenant qu’une ligne sur trois, puis en laissant décanter ma lecture d’alors. Et j’y suis encore fidèle, à ma façon bâtarde. Une fois détrôné le surmoi littéraire, tout redevient permis: métaphores bancales, alexandrins boiteux, citation détournée, faux amis volontaires, coq-à-l’âne ou amalgame abusifs. Ça passe ou ça lasse, peu importe.
Bien sûr, j’aurais pu faire le tri au départ, chasser la blague facile, neutraliser le calembour dérisoire, ne garder que le meilleur du début à la fin. Mais quand on vide son sac de vocabulaire, il vous passe de drôles de couacs par les méninges, et c’est souvent d’assez mauvais goût, entre autres foutaises et débilités. J’aurais pu me cacher derrière mon petit doigt d’auteur, mais l’idiotie a sa logique implacable.»

Pour feuilleter le livre in extenso, c’est ici même.
Pour se faire une idée de ces words in progress,
un bref aperçu de leurs entrées alphabébêtiques.

ASCÈSE : faim de non-recevoir.

BUREAUCRATE : inspecteur des travaux infinis (y compris en ex-URSS ou chez Google & co).

CIRRHOSE : il était un foie.

DÉMIURGE: drone narratif.

EUTHANASIE : rien ne sert d’agonir, il faut périr à point.

GRIVOIS : sexplicitement parlant.

HUMAIN : made in ici-bas.

INSURRECTION : éternel retour à l’anormal.

LECTEUR (-TRICE) : évadé(e) de l’intérieur parti(e) se captiver ailleurs.

MÉCÉNAT : générosité défiscalisée (voir Dollar pour l’art & Retour sur divertissement).

NARRATOLOGIE : règlements du conte (voir Propp & Trope).

ORGASME : illusion cosmique.

PENDU : jeu devinatoire pour d’innocents enfants en mal de potence.

RÉSILIENCE : à quelques gloses malheur est bon.

STIMULACRE : carotte en forme de bâton.

TRANSGENRE : X Y Zen.

VIS-À-VIS : ouverture sur l’autre huis.

ZÈBRE : premier code-barre à l’état naturel (voir Design & Biométrie).



11 mai 2018
[Images arrêtées & idées fixes
Détours de rôles, entre autres huis.]



16 avril 2018
[Sous les bottes du nihilisme d’État
l’herbe folle de la ZAD repoussera.]

Ceux qui brandissent l’éternel chiffon rouge du « désordre » contre les « agitateurs professionnels » de Tolbiac à Notre-Dame-de-Landes — ces prétendus aliens surgis de nulle part pour engorger « nos » amphis et « nos » campagnes —, ont leur propre zone (d’intérêt) à défendre, selon deux principes de base : la privatisation des espaces communs et leur soumission aux lois du Marché. Si tel écosystème ne peut être bituminé pour produire du flux de voyageurs et de kérosène, il ne faudrait pas que quiconque y cultive une autre façon de vivre, par l’entraide et le partage, bref tente d’échapper à l’impasse productiviste. De même, si telle fac ne veut pas se soumettre au tri algorithmique des bacheliers par bassin d’employabilité, il ne faudrait pas qu’en ces lieux académiques s’expérimente un usage critique des savoirs, sinon qu’on y ébauche par la palabre collective et son dissensus fécond une remise en cause radicale du dogme concurrentiel.
D’où le recours immédiat à une armada répressive, dont le monopole légitime de la violence est aujourd’hui d’une disproportion flagrante. Mais outre ce déséquilibre des forces en présence, sans cesse dénié sinon inversé par la propagande médiatique, ce qui frappe lors des confrontations de ces derniers jours sur la ZAD — au-delà des blessures et mutilations jamais comptabilisées officiellement concernant les manifestants —, c’est l’obstination des 2500 flics et gendarmes mobilisés à casser des cabanes, piétiner des semis, détruire les architectures précaires ayant fleuri sur place.
Faire table rase, mettre à bas des charpentes, démolir des chapiteaux, c’est le bras armé du régime qui, en reprenant provisoirement le dessus, montre sa vraie nature, nihiliste. Plutôt rien que ces habitats hors-la-loi. Remettre du vide à la place du moindre recyclage alternatif. Concasser les preuves matérielles de la créativité sociale en cours, tout en jurant n’avoir à faire qu’à une bande de casseurs extra-territoriaux, sinon extra-terrestres.
Ça rappelle bien sûr la révoltante destruction, sous d’odieux prétextes humanitaires, des lieux de vie qu’avaient érigés ensemble les migrants et leurs soutiens à Calais. Il fallait détruire leur « jungle », qui constituait pourtant l’amorce d’une réappropriation solidaire de leur dignité, pour les renvoyer dans l’invisibilité de la survie au cas par cas. En ces temps bêtement commémoratifs, on se souviendra qu’au cœur de Paris, au tout début des seventies, les dirigeants d’alors avaient préféré détruire les Halles qu’y laisser proliférer un début de ZAD contestataire.

Et dans un autre genre, selon la même logique, à Villeneuve-La-Garenne.

Quant à la Commune Libre de Tolbiac, les zombi(e)s qui la peuplent de jour comme de nuit y découvrent les plaisirs du passage à l’acte verbal. Et contrairement aux grincheux et bigleux qui ne veulent voir dans ces murs reprenant la parole que des dégradations, l’expression de ces discordes sèment une Zizanie À Développer.



30 mars 2018
[Solde net & sous-ensembles flous (3)–
L’orgasme : simulations sondagières.]

Contrairement aux apparences, 33% des femmes ont simulé l’orgasme lors de leur dernière relation hétérosexuelle, du moins est-ce ainsi qu’elles revoient les choses à tête reposée et confient la feinte extase qu’il leur a alors fallu mettre en branle, plaisir contrefait mais dont on ne saura jamais si leurs partenaires en ont été dupes, ni dans quelle proportion, faute d’avoir pris la peine de retourner la question auprès de cet amant d’un soir ou ce conjoint d’une vie, lors des mêmes ébats, pour sonder dans leurs pupilles dilatées et leurs cœurs battants, combien se sont sentis bernés par les fausses semblances de ces femmes âgées de 18 à 69 ans, et s’il y en a eu ne serait-ce qu’un sur cent à se l’avouer, un non-dupe du plaisir unilatéral pris au vol malgré tout, d’un Nirvana atteint en solitaire, tandis qu’en face c’était bidonné par une femme sur trois, ce qui ne signifie pas automatiquement que, parmi les deux tiers du panel restant, toutes ont joui chaque fois à l’unisson, mais on n’a pas cherché non plus à relativiser leurs réponses – un petit peu, mieux que rien, à la presque folie –, de peur des complications trop humaines qui s’ensuivraient, puisqu’en matière de sondage, l’extase c’est in ou out, yes or no, black ou white, pas de nuancier des humeurs, à question fermée réponse binaire, pourtant on aurait envie de savoir qu’est-ce qui pousse 33% des femmes à afficher un plaisir factice pendant l’étreinte, à en imiter la montée en puissance, singer sa pente douce puis raide, surjouer l’irrésistible crescendo, le font-elles par habitude, par ruse, par pitié, par devoir ?, se sentent-elles captives du rituel désincarné d’un amour usé jusqu’à la corde ? cèdent-elles au reliquat d’une complaisance attendrie ? s’offrent-elles en spectacle avec l’énergie d’un désespoir inavouable ? ou, pire encore, sous la contrainte d’un mâle dominant prêt à tout pour maintenir l’illusion de son sex-appeal ? sans négliger la part maudite du viol conjugal, mais tous ces cas de figure féminine, les sondeurs s’en contrefoutent, ils ont compté les brebis égarées du troupeau, celles qui font mine de jouir alors que c’est pour de faux, une bande de simulatrices, et là s’arrête leur enquête moutonnière, sans aller voir ce qui se passe de l’autre côté, chez les 100% de mecs en rut qui, eux, sont censés n’avoir rien à cacher, puisque par essence même leur plaisir tient du réflexe pavlovien, jet de semence à tous les coups, alors comment s’étonner que les échantillonneurs d’opinion n’y voient qu’un rapport comptable…
Et pourtant, ne leur en déplaise, l’amour par définition même ça se feint à deux, émulation spéculation, ça se plaît à complaire, ça se devance, anticipe, surenchérit l’un l’autre, bien au-delà de ce qui se joue ici-bas, simulation stimulation, on pressent que ça va aller de pair, dupe-moi encore et encore, plus c’est fictif plus c’est à vif, caresse-moi d’illusoires promesses, prends ta vessie pour ma lanterne, plus tu me feins mieux j’arrive à mes fins, déréalise-toi à mesure que je prenne feu, trompe-moi l’œil jusqu’au bouquet d’artifice, fais-toi croitre ce que tu veux, ma peau est firmament, ta langue torrent qui ravine, même s’il n’y a pas de rapport au sens propre, maintenant tout est figuré, deux oasis à leur yeux miroités, image mirage, tu ne me prendras que si tu lâches prise, sors de ton corps et entre en confusion, libido vertigo, donne-moi le change que je redouble la mise, paroles en l’air, inversion des gravités, oh hisse-toi jusqu’à ma chute libre, coup de bluff et strip-poker, toi et moi nous n’avons jamais fait que feindre, simili-mumures au pied du mur en attendant l’illusion cosmique, mais comment quantifier ce rapport, pauvres sondeurs de nos consciences, parce qu’au bout du compte à rebours, ça ne se mesure pas en taux de satisfaction, ça se joue à cache-cache, au comble d’un artifice mutuel, et ça manque si souvent sa cible, ça n’arrive peut-être qu’une fois sur mille dans le mille, coïtalement parlant, au diapason des mêmes leurres, pile ensemble à ce qu’il semble, feints prêts à la puissance deux, mais justement c’est fait pour ça l’amour, pour faire mentir les statistiques, l’exception qui ne confirme aucune règle, une contre-façon d’inventer un semblant de rapport humain.



20 mars 2018
[Tiens ils ont (encore) repeint !
une collecte qui n’a pas de fin.]

La publication de Tiens ils ont encore repeint ! 50 ans d’aphorismes urbains devait, entre autres, faire contre-point aux Pompes funèbres commémoratives du Printemps 68 mis sous cloche comme un astre mort ou entre deux parenthèses vite refermées. Dans ce bouquin, on voulait donner à voir la continuité mutante et hybride de l’expression la plus flagrante de ce mois de mai-là : les écritures sauvages sur la voie publique qui n’ont cessé de faire des petits jusqu’au plus immédiat aujourd’hui. Cette collecte m’a tenu en haleine une dizaine d’années durant, j’ai cru qu’avec sa parution ma collecte obsédante tirait à sa fin, sauf que non. Tant que les murs prendront la parole, j’aurais du mal à faire l’impasse. Alors, comme depuis cet hiver, j’ai pris en photo ou noté sur mes carnets d’autre bribes textuelles, autant entamer un nouveau volume en ligne… à télécharger gracieusement en pdf ici même.

Quelques extraits en images et lettrages… sens dessus dessous.


Je me régale
De toi
Montréal, Hochelaga, bombage, 24 octobre 17

CHÔMAGE
FAMILLE
SELFIE
Clermont-Ferrand, bombage, 29 octobre 17

DO-RÉ-MI-FA
SOL (ITUDE)
Paris III, rue du Vertbois, 6 novembre 17

J’emmerde Pôle
Emploi moi je veux
Etre pilote de pyrogue
Angers, bombage, 20 novembre 17

Tirez pas sur les
papillons
putain
Quimper, pochoir, 2 décembre 17

ses cils
quelle
miss
terre
Paris VII, près Champ-de-Mars, 2 décembre 17

BOLOSS TON BOSS
Lyon, bombage, 8 décembre 17

ON A K
SANG FOUTRE
Nantes, vers place du Commerce, bombage, 13 décembre 17

un jour
d’école par
jour
Lyon 6, rue Montgolfier, 24 décembre 17

je ne sais pas taguer
Paris V, rue Mouffetard, bombage, 25 décembre 17

Un chien à poil n’en a
pas l’air
Paris V, rue du Père Teilhard de Chardin, bombage, 2 janvier 18

L’amour n’est
que du sucre
avec de
l’eau…
Paris XI, rue Godefroy Cavaignac, blanco, 12 janvier 18

La seule façon
de s’en sortir
c’est de plonger dedans
Lyon, Croix-Rousse, pochoir, 1er février 18

Monogamy
is Dead
Rome, bombage, 5 février 18

PAS DE
MI-RAGE
Brest, bombage, 5 février 18

L’INACTIVITÉ ÇA PREND
UN TEMPS DE MALADE
Grenoble, bombage, 7 février 18

L’ÉCOLE NOUS
REND MALADES
Paris XX, av. Gambetta, craie sur école primaire, mi-février

Je t’aime encore plus qu’a 22h30
Paris XIII, Poterne des Peupliers, bombage, 21 février 18

TROUVE
TON
CALME
Marseille, 22 février 18

On
n’en peut
pub !
Rennes, pinceau sur panneau pub, « Rap », 24 février 18

Dinosaurs
are cool
Californie, Berkeley, Valley Life Sciences Building,
toilettes, 24 février 18

LA VÉRITIÉ EST AU
CORPS À CORPS
Marseille, bombage sur trottoir, 26 février 18

trust your struggle
Californie, Sacramento, peinture, 2 mars 18

ELECROCUTION
OFFERTE
ICI
Paris XI, rue Chanzy, armoire EDF, 2 mars 18

Le Perturbations
sont la RÈGLE
Marseille, bombage, 3 mars 18

JE CROQUE
TES FESSES
Paris III, rue Saint-Martin, 4 mars 18

Le système nous tape sur le système !
Marseille, 6 mars 18

Learn
To
Fuck
Paris III, rue Beaubourg, 6 mars 18

Tu me
Manques
Lyon, Croix-Rousse, craie, 8 mars 18

Les salaires
Bande de fumiers !
Paris XII, bd Soult, 10 mars 18

GARDEZ VOTRE VILLE PROPRE
MANGEZ DU PIGEON
Paris X, cour des Petites Écuries, bombage, mi-mars 18



15 mars 2018
[Solde net & sous-ensembles flous (2)–
Des migraineux, des SMS et des loups.]

Parmi les migraineux des deux sexes, dans 60% des cas, ça se passe à leur insu, ils ont beau héberger ce syndrome entêtant nuit et jour, ça ne leur ait jamais venu à l’esprit de le faire diagnostiquer, et pour cause, ça occupe leurs méninges en toute discrétion, à bas bruit, telle la rumeur maritime logée au cœur d’un coquillage, et cette présence parasite leur est si naturelle qu’elle a fini par passer inaperçu, moins vibrante que des acouphènes, juste un fond de céphalée presque imperceptible, un très vague pointillé de douleur qui fait partie de leur flux de conscience, si bien que soixante personnes atteintes sur cent ignorent tout de cet insidieux mal de crâne, comme des canards qui, après avoir été décapités, n’en poursuivent pas moins leur course folle.

***

En dépit des nécessités du sommeil réparateur et du bon sens des aiguilles d’une montre, il arrive à 15% des collégiens d’Ile-de-France de textoter au milieu de la nuit, et parmi ces SMS envoyés à quelque camarade, on distingue deux questions récurrentes – Tu dors ? ou T la ? – et en cas de réponse : Presque ou Ta gueule ou Y’a koi ?

***

Ils ont beau avoir disparu du territoire français dans les années 30, puis ressurgi six décennies plus tard à la frontière franco-suisse et augmenté leur population de 23% au cours des deux dernières années, on ne saurait suivre à la trace leurs déplacements sur les pentes enneigés des Alpes, chacun empruntant pas à pas l’empreinte du congénère précédent, si bien qu’à l’œil nu, en hiver, leur multitude en migration n’en fait jamais qu’un, un indivisible individu, et pourtant ils ne sont pas moins de six ou sept par meute en moyenne à mettre une patte devant l’autre et, selon une ruse inspirée de la file indienne, à épouser la trajectoire de leurs semblables et revenir indénombrablement au même : un seul loup pour l’homme.

***

Pour des motifs d’ordre financier, combien de gens se sont sentis toisés de haut par leur supérieur, obligés d’assumer le lendemain qui déchante, empêchés de penser à autre chose, combien de gens, taraudés par cet argent qui manque, ont rationné leur espérance de vivre, ont remis l’essentiel aux calendes, ont suspendu un enfant en cours, combien se sont enfermés dans un cercle vicieux, aigris sur pieds, privés d’un luxe hasardeux par nécessité, combien de personnes sur cent, faute de liquidités immédiates, se sont bornés à, contentés de, voués à ne plus, soumis d’avance, combien ont tiré un trait sur, mis en berne leur, sacrifié tel ou tel, refoulé à jamais, combien se sont éloignés d’un centre-ville, endettés en nature et culture, vengés d’eux-mêmes sur eux-mêmes, combien ont perdu l’appétit des autres, failli attenter à leurs jours, puis abandonné l’idée in extremis, puis différé, puis renoncé, puis différé, puis renoncé, pour des motifs d’ordre financier, en tout cas, il en est 23% qui déclarent avoir différé un traitement ou renoncé à des soins.

***

Depuis la nuit des temps, chez les homo sapiens, on dénombre quatorze fois plus de déjà morts que d’encore vivants, soit près de 100 milliards d’êtres humains à avoir été ; et seulement 7% à faire perdurer la lignée.



5 mars 2018
[Images arrêtées & idées fixes
Trou de mémoire fondu au blanc.]



19 février 2018
[Solde net & sous-ensembles flous (1)–
Des chiffres pris au pied de la lettre.]

SI C’ÉTAIT À REFAIRE, 20% des parents de nationalité allemande se seraient abstenus d’en avoir un jour conçu l’idée, s’ils avaient su que ce faisant ils étaient désormais devant un fait à tout jamais accompli, ces 20%-là se seraient bien gardé d’avoir à regretter de ne pas s’être abstenu, et maintenant qu’ils ont commis l’irréparable, que la chose a été préconçue par leur mutuel consentement, les deux l’ayant fait sinon exprès du moins ensemble coïtalement parlant, hors cas d’abstinence ou d’empêchement physiologique ou de perte accidentelle, si c’était à défaire comme un pull-over rendu à sa pelote de laine, eh bien non il est déjà trop tard, hors date limite de procrastination, tant pis pour ces 20% comptabilisés parmi les couples géniteurs de la population allemande, après terme ils regrettent amèrement d’être devenus parents, ils auraient préféré démentir les taux de fécondité dans l’œuf, ne pas avoir à se parjurer eux-mêmes et contrefaire les papa-maman comblés, mais maintenant que le natif est là, le post-conçu tout nouvellement échu, même à regret il ne sera ni repris comme bouteille consignée ni échangé contre un à-valoir quelconque, ces parents à contrecœur ont beau être 20% à le trouver surnuméraire, à se demander pourquoi ils ont troqué leur liberté sans attache filial et autre fil ombilicale à la patte, libres comme ils étaient neuf mois plus tôt de s’abstenir sans rejeton ni opinion, malgré le diktat de la procréation majoritaire, et pourtant si c’était le monde qui était à refaire, on trouverait bien parmi l’échantillon des couples en âge de se poser la question cinq, dix ou quinze sur cent qui souffrent à leur tour de n’en avoir point eu, zéro progéniture à leur actif, malgré leur désir inextinguible d’un jour se reproduire, et dans leur cas ce n’est pas faute d’avoir essayé sous X, Y ou Z, candidaté à l’adoption en terres natales ou étrangères, alors si c’était à faire autrement mieux qu’à présent, un monde où les vases communiqueraient d’une conception à l’autre, où le regrettable intrus des uns ferait le comble du bonheur des autres, si c’était un monde redistributif en tout et pour tout dans le moindre détail, où chacun se pourrait libérer de son surplus pour le céder gracieusement à qui s’en trouve dépourvu, où le partage des remords et des frustrations serait assuré tout risque, la navette des trop perçus et des manque à gagner…

SAUF QU’IL Y À PEU À ESPÉRER de ce côté-là, le planning interfamilial des naissances, pas moyen de s’en défaire de ce monde mal conçu d’avance et par après, décidément nul n’y aura jamais droit à une seconde chance, celle d’annuler le malencontreux événement, impossible de s’en défaire, d’effacer la tête à toto sur l’ardoise magique, oh non pas qu’il ait été question de jeter le bébé dans les eaux troubles d’un puits sans fond, non juste en transvasant le petit baigneur pour qu’il aille se faire pouponner ailleurs, sans l’avorter une fois certifié existant, juste en aspirant le malvenu, mais attention pas dans le tambour d’une lessiveuse, dans une machine à remonter le temps, et si c’était quand même faisable que l’enfant change de point de chute vu qu’il n’a pas eu lieu au bon endroit, eh bien 20% des procréateurs d’outre-Rhin pourraient ne pas se morfondre d’avoir œuvré à leur propre perte et d’en maudire la fatale fœtalité, il suffirait qu’on les débarrasse ni vu ni connu de leur bévue et en lègue l’encombrant souci auprès des dizaines de milliers de non-mères et non-pères qui dépeuplent la République Fédérale Allemande depuis plus d’un demi-siècle, et comme toutes ces amours nullipares, on les devine nombreuses, ces couples esseulés dans des voies sans issue, inexprimées en leur féconde volonté, frustrés du fruit imaginaire de leurs étreintes, combien sont-ils à se rêver parents et à ne l’être point, presque autant que de couples pris au dépourvu par le malheureux événement et qui auraient tant préféré que cet angelot tombé du ciel y retourne illico, d’ailleurs imaginons qu’entre ces deux échantillons minoritaires, une fois les proportions arrondies à la décimale supérieure, ça fasse un compte tout rond, disons 20% de part et d’autre, et ainsi le tour serait joué et le diable déjoué dans le moindre détail, alors si c’était à refaire sous cette bonne étoile, des nés par défaut et des hélas pas-nés, y’aurait harmonie totale des deux panels à égalité, sauf qu’il est malaisé de faire se correspondre les ordres de grandeur à la virgule près, et comme zéro enfant virgule six ou un enfant virgule quatre, ça ne se peut concevoir, le monde tel qu’il devrait tourner, de plus en plus rond, n’est pas près de se parfaire, en s’échangeant de gré à gré le pire et le meilleur, vice (ou vertu) versa, chacun selon des vœux complémentaires, et de fil en aiguille avec cette méthode idéale qui pourrait tricoter les générations à venir, une maille à l’endroit, une maille à l’envers, y’aurait autant d’enfants à naître ou ne pas être au final, et beaucoup moins d’effets indésirables, non ?



12 février 2018
[Factuels dilemmes & sens ubiques (1),
Histoire d’un graffiti bête et méchant.]

LE SAMEDI 11 MARS 1978, Claude François meurt d’électrocution dans sa salle de bain en milieu d’après-midi. La nouvelle est vite annoncée sur les ondes, provoquant un attroupement de fans inconsolables devant son domicile, 42 boulevard Exelmans. A l’écart de la foule en pleurs, quatre jeunes rockeurs, qui ont eu vite fait de rappliquer en bagnole pour se repaître du spectacle, lancent à la cantonade quelques sarcasmes, malséants à souhait. Décidément, l’idolâtrie ambiante les met en joie, à tel point que des agents de police, diligentés dans les parages pour contenir l’émotion populaire débordant sur la chaussée, enjoignent le quatuor de blousons noirs de déguerpir illico. Les voilà repartis vers la Bastoche et ses environs, leur terrain d’aventure depuis qu’ils sont gosses. Cette petite virée dans les beaux quartiers mérite quelques consolations sur le zinc et leur donne l’occasion d’afficher un mépris débonnaire pour ce « crevard du showbiz » à la voix nasillarde. On est tout juste la veille de premier tour des élections législatives, et comme le « programme commun » des socialo-communistes menace le parlement d’un raz-de-marée, ça fout la frousse aux bourgeois, raison de plus pour se sentir à la fête et improviser une brève de comptoir, parmi tant d’autres : « Claude François a volté ! » Sitôt dit, sitôt promis d’aller le faire savoir, à la bombe aérosol sur les murs avant de rentrer chez eux. Dont acte aux alentours de la mairie du XIIe arrondis-sement. En majuscules noires sur quelques façades en pierres
de taille.
L’anecdote m’a été rapportée récemment, par un des quatre loustics de l’époque, aujourd’hui bien propre sur lui, avec sa plaque de kiné ayant pignon sur rue, mais pas peu fier d’avoir commis un tel forfait scriptural. A ceci près, m’avoue-t-il, que le surlendemain, en page intérieure de Libération, après les gloses électorales sur le demi-échec de la gauche, figurait ce pied de nez nécrologique : Claude François : a volté.

ET QUARANTE ANS PLUS TARD, toujours la même interrogation sur ce point : le titreur de Libé a-t-il eu, à deux jours près, le même idée que ces soiffards satiriques ? Ou bien est-il tombé, entre-temps, de visu sur ce slogan graffité en sortant de chez lui ? Éternelle dilemme, faut-il privilégier la piste des hasardeuses confluences de l’inventivité, ou traquer partout une source première qui serait l’objet d’emprunts successifs ? Faute de pouvoir trancher, autant laisser en friche cette zone de non-droit d’auteur.



Pages : 1234545