Pour etre tenu au courant
de temps en temps


@ffinités





































































































































































































































































28 novembre 2012
[Le discours managérial dernier cri
soumis à ses propres tautologies —
Pouvoir Point au Rond-point,
le samedi 1er décembre, 18h30.]

Cette vraie-fausse conférence de Jean-Michel Michel, PDG d’un groupe éditorial fictif, a déjà pas mal tourné depuis sa création, une quinzaine de fois, entre médiathèque, centre d’arts, festival littéraire… et même dans la salle du conseil de l’Hôtel de Ville. Et voilà que l’occasion se présente de la remonter dans un théâtre parisien, dans une programmation parallèle intitulée «trousses de secours en période de crise». Ça dure une petite heure, avec moi sur scène qui endosse le costume du parfait manager qui fait son show, pérorant, digressant, s’autojustifiant, jusqu’au moment où certaines contradictions vont prendre en traître ce «monstre froid» et mettre à nu son imposture…
Nuance d’importance à mes yeux, il ne s’agit pas d’une charge satirique contre un «méchant» patron, mais d’un jeu de déconstruction du pragmatisme gestionnaire qui gouverne aujourd’hui tous les discours dominants, de droite comme de gauche, sur le champ de l’expertise économique comme des fausses alternatives du développement durable ou du social-libéralisme. Il suffit de s’assoir sous leur arbre à palabres pour  comprendre qu’ils scient tous la branche sur laquelle ils sont assis. C’est le vertige de ce fiasco interne sans cesse différé, masqué, dénié dont on voudrait donner ici l’avant-goût contagieux.

Le texte qui me sert de canevas, derrière mon pupitre présidentiel, laissant place à pas mal d’improvisation, il n’a jamais été et ne sera jamais publié, par respect pour l’oralité éphémère que suppose ce genre de «happening». Par contre, sur le principe du Power Point, mon speech s’accompagne de nombreux visuels (conçus avec l’ami graphiste Philippe Bretelle), et projetés en direct, slide après slide, par un régisseur méticuleusement maladroit (l’ami comédien & metteur en scène François Wastiaux).

Pour se faire une idée du spectacle on ira voir le programme du théâtre du Rond-Point ou d’autres documents sur archyves.net ici même.

Et pour les impatients, faute de pouvoir entendre le poids de mots, on se contentera du choc des photos, en l’occurrence quelques imageries post-modernes qui servent à illustrer mes propos.

Dernière minute: encore une chance de voir le même Pouvoir Point,
à l’invitation de l’Appel des 451, lors des «rencontres pour la constitution d’un groupe d’action et de réflexions autour des métiers du livre»,
le samedi 12 janvier 2013, à 19h30, à la Parole errante.
[9, rue François Debergue, Montreuil – Métro : Croix-de-Chavaux.]