Pour etre tenu au courant
de temps en temps


@ffinités





































































































































































































































































30 mars 2018
[Solde net & sous-ensembles flous (3)–
L’orgasme : simulations sondagières.]

Contrairement aux apparences, 33% des femmes ont simulé l’orgasme lors de leur dernière relation hétérosexuelle, du moins est-ce ainsi qu’elles revoient les choses à tête reposée et confient la feinte extase qu’il leur a alors fallu mettre en branle, plaisir contrefait mais dont on ne saura jamais si leurs partenaires en ont été dupes, ni dans quelle proportion, faute d’avoir pris la peine de retourner la question auprès de cet amant d’un soir ou ce conjoint d’une vie, lors des mêmes ébats, pour sonder dans leurs pupilles dilatées et leurs cœurs battants, combien se sont sentis bernés par les fausses semblances de ces femmes âgées de 18 à 69 ans, et s’il y en a eu ne serait-ce qu’un sur cent à se l’avouer, un non-dupe du plaisir unilatéral pris au vol malgré tout, d’un Nirvana atteint en solitaire, tandis qu’en face c’était bidonné par une femme sur trois, ce qui ne signifie pas automatiquement que, parmi les deux tiers du panel restant, toutes ont joui chaque fois à l’unisson, mais on n’a pas cherché non plus à relativiser leurs réponses – un petit peu, mieux que rien, à la presque folie –, de peur des complications trop humaines qui s’ensuivraient, puisqu’en matière de sondage, l’extase c’est in ou out, yes or no, black ou white, pas de nuancier des humeurs, à question fermée réponse binaire, pourtant on aurait envie de savoir qu’est-ce qui pousse 33% des femmes à afficher un plaisir factice pendant l’étreinte, à en imiter la montée en puissance, singer sa pente douce puis raide, surjouer l’irrésistible crescendo, le font-elles par habitude, par ruse, par pitié, par devoir ?, se sentent-elles captives du rituel désincarné d’un amour usé jusqu’à la corde ? cèdent-elles au reliquat d’une complaisance attendrie ? s’offrent-elles en spectacle avec l’énergie d’un désespoir inavouable ? ou, pire encore, sous la contrainte d’un mâle dominant prêt à tout pour maintenir l’illusion de son sex-appeal ? sans négliger la part maudite du viol conjugal, mais tous ces cas de figure féminine, les sondeurs s’en contrefoutent, ils ont compté les brebis égarées du troupeau, celles qui font mine de jouir alors que c’est pour de faux, une bande de simulatrices, et là s’arrête leur enquête moutonnière, sans aller voir ce qui se passe de l’autre côté, chez les 100% de mecs en rut qui, eux, sont censés n’avoir rien à cacher, puisque par essence même leur plaisir tient du réflexe pavlovien, jet de semence à tous les coups, alors comment s’étonner que les échantillonneurs d’opinion n’y voient qu’un rapport comptable…
Et pourtant, ne leur en déplaise, l’amour par définition même ça se feint à deux, émulation spéculation, ça se plaît à complaire, ça se devance, anticipe, surenchérit l’un l’autre, bien au-delà de ce qui se joue ici-bas, simulation stimulation, on pressent que ça va aller de pair, dupe-moi encore et encore, plus c’est fictif plus c’est à vif, caresse-moi d’illusoires promesses, prends ta vessie pour ma lanterne, plus tu me feins mieux j’arrive à mes fins, déréalise-toi à mesure que je prenne feu, trompe-moi l’œil jusqu’au bouquet d’artifice, fais-toi croitre ce que tu veux, ma peau est firmament, ta langue torrent qui ravine, même s’il n’y a pas de rapport au sens propre, maintenant tout est figuré, deux oasis à leur yeux miroités, image mirage, tu ne me prendras que si tu lâches prise, sors de ton corps et entre en confusion, libido vertigo, donne-moi le change que je redouble la mise, paroles en l’air, inversion des gravités, oh hisse-toi jusqu’à ma chute libre, coup de bluff et strip-poker, toi et moi nous n’avons jamais fait que feindre, simili-mumures au pied du mur en attendant l’illusion cosmique, mais comment quantifier ce rapport, pauvres sondeurs de nos consciences, parce qu’au bout du compte à rebours, ça ne se mesure pas en taux de satisfaction, ça se joue à cache-cache, au comble d’un artifice mutuel, et ça manque si souvent sa cible, ça n’arrive peut-être qu’une fois sur mille dans le mille, coïtalement parlant, au diapason des mêmes leurres, pile ensemble à ce qu’il semble, feints prêts à la puissance deux, mais justement c’est fait pour ça l’amour, pour faire mentir les statistiques, l’exception qui ne confirme aucune règle, une contre-façon d’inventer un semblant de rapport humain.