Pour etre tenu au courant
de temps en temps


@ffinités





































































































































































































































































17 mai 2018
[Pseudo-Dico, idiot & logique
Extraits d’un abécédaire en cours.]

Parmi d’autres textes courts en chantier, il y a ce petit opuscule : Pseudo-Dico, idiot & logique, qui s’épaissit petit à petit, sans régularité ni finalité figées d’avance.


Dans sa «pseudo-intro», j’ai essayé de revenir sur le «Comment du pourquoi » de ce projet qui hésite entre le goût du fautif et la faute de goût.

« […] Seul défi minimal, commenter chaque mot par association d’idées, esprit de conflagration, étymologie intuitive, amalgame accidentel, contresens inopiné, déduction analogique, méprise significative, sinon par défaut mineur ou faute d’étourderie. Et surtout, lâcher la bride, perdre contrôle, laisser sortir les bouts d’énoncé à l’oreille, faire confiance aux courts-circuits intérieurs, aux paradoxes venus d’ailleurs. Projet impur et simple, trivial et mégalo. D’où son sous-titre – idiot & logique – qui me revient de loin, l’éternel adolescent jamais lassé de singer les sapiences de l’homo academicus, avec force grimaces et effets de manches. […]
Mon principe de base: mettre en relief des hiatus poétiques. J’ai dû croiser cette drôle d’intuition entre 15 et 16 ans, à force de dévorer du Nietzsche en n’y comprenant qu’une ligne sur trois, puis en laissant décanter ma lecture d’alors. Et j’y suis encore fidèle, à ma façon bâtarde. Une fois détrôné le surmoi littéraire, tout redevient permis: métaphores bancales, alexandrins boiteux, citation détournée, faux amis volontaires, coq-à-l’âne ou amalgame abusifs. Ça passe ou ça lasse, peu importe.
Bien sûr, j’aurais pu faire le tri au départ, chasser la blague facile, neutraliser le calembour dérisoire, ne garder que le meilleur du début à la fin. Mais quand on vide son sac de vocabulaire, il vous passe de drôles de couacs par les méninges, et c’est souvent d’assez mauvais goût, entre autres foutaises et débilités. J’aurais pu me cacher derrière mon petit doigt d’auteur, mais l’idiotie a sa logique implacable.»

Pour feuilleter le livre in extenso, c’est ici même.
Pour se faire une idée de ces words in progress,
un bref aperçu de leurs entrées alphabébêtiques.

ASCÈSE : faim de non-recevoir.

BUREAUCRATE : inspecteur des travaux infinis (y compris en ex-URSS ou chez Google & co).

CIRRHOSE : il était un foie.

DÉMIURGE: drone narratif.

EUTHANASIE : rien ne sert d’agonir, il faut périr à point.

GRIVOIS : sexplicitement parlant.

HUMAIN : made in ici-bas.

INSURRECTION : éternel retour à l’anormal.

LECTEUR (-TRICE) : évadé(e) de l’intérieur parti(e) se captiver ailleurs.

MÉCÉNAT : générosité défiscalisée (voir Dollar pour l’art & Retour sur divertissement).

NARRATOLOGIE : règlements du conte (voir Propp & Trope).

ORGASME : illusion cosmique.

PENDU : jeu devinatoire pour d’innocents enfants en mal de potence.

RÉSILIENCE : à quelques gloses malheur est bon.

STIMULACRE : carotte en forme de bâton.

TRANSGENRE : X Y Zen.

VIS-À-VIS : ouverture sur l’autre huis.

ZÈBRE : premier code-barre à l’état naturel (voir Design & Biométrie).