Pour etre tenu au courant
de temps en temps


@ffinités





































































































































































































































































8 juin 2018
[Sous-ensembles flous (4) –
Enfer climatisé et grève du cœur.]

Sachant qu’en France ils sont 66% à avoir dans leur entourage au moins un proche frappé par la misère et 34% à s’être déjà trouvés dans une situation d’extrême précarité, les discours sur la pauvreté ont-ils mesuré toute la différence entre ceux qui dépendent de l’auxiliaire être ou avoir ?

***

Plus il y a de CO2 émis à l’air libre plus il y a de trous dans l’atmosphère respirable, et plus la couche d’ozone se fait miter plus ça se réchauffe en surface sur la croûte terrestre, jusque-là rien que de très naturel comme catastrophe annoncée, plus  le ciel est  obturé plus ça tombe sous le sens que les rayons solaires vont nous griller tout crus, sans filtre, et que la banquise va se fondre dans les profondeurs aquatiques et que ça fera remonter les eaux de quelques millimètres par an autour de la mappemonde, et que cette marée haute d’origine plus du tout lunaire, elle va pas aider les pauvres du Bangladesh à rester au sec, ni empêcher les désert, sous l’effet de la canicule, de gagner du terrain en d’autres coins du globe et en des temps pas si lointains, bref, moins y’aura d’atmosphère sans CO2, plus y’aura de zones inhabitables sur notre mère la Terre, et c’est à partir de là que ça devient irrespirable comme raisonnement, parce que plus y’aura partout des conditions de non-vie caniculaires plus on aurait besoin de clim pour rester à demeure dans son hémisphère, aux USA c’est déjà ventilé à plus de 90%, mais pour les deux tiers de l’humanité, ça va devenir urgent de faire pareil, pour préserver des espaces vitales, même parmi les clapiers de la banlieue mondialisée, en Chine ou au Nigéria, chez l’épicier du coin ou le méga-mole péri-urbain, et chacun chez soi dans sa bulle automobile, et d’ici la fin du siècle ça sera le cas presque partout, à 70% équipés sur la terre entière, sauf que l’air de rien ça rajoutera 23 milliards de tonnes de CO2 dans les nuées, soit presque moitié plus que nos émissions actuelles, et là c’est au-delà de ce qu’on peut à peine penser imaginable comme raisonnement, plus il fait chaud en ville plus y’a de clim à domicile, et plus ça demande d’énergie fossile plus ça intoxique la biosphère, ouais, plus on branche la clim plus l’odieux CO2 nous pompe l’air, et plus ça se réchauffe sous la voûte céleste plus faut qu’on génère du froid, pire ça fout la zone au-dessus de nos têtes, et plus ça dégénère le climat plus ça creuse notre tombe ici-bas, bref plus on rafraîchit l’air ambiant plus y’a de trou entre nous et l’au-delà, et plus on se creuse les méninges avec cette foutue usine à gaz moins on voit le bout du tunnel, vu que plus il fera chaud plus faudra rajouter du froid, chaud froid, chaud froid, et caetera et caetera.

***

Etant donné que 20% des automobilistes avouent s’être déjà endormis au volant de leur voiture et que 80 % des messages publicitaires sont ressenties comme « sources d’ennui », sinon d’assoupissement profond, ne seriez-vous pas tenté, à première lecture, d’en tirer certaines conclusions hâtives ?

***

Une fois attesté que 20% des arrêts cardiaques recensés sur la voie public à Paris ont lieu dans une des cinq gares de la Capitale et que 2% des pannes et retards de trains sont dus à des mouvement sociaux, pensez-vous qu’il vaudrait mieux ne plus s’émouvoir en commun ou entamer une grève du cœur illimitée ?