Pour etre tenu au courant
de temps en temps


@ffinités





































































































































































































































































21 juin 2018
[Tiens ils ont (encore) repeint !, la suite –.
ce n'est qu'un (d)ébat, continuons les abus.]

Dans Tiens ils ont encore repeint ! 50 ans d’aphorismes urbains, avec l’ami graphiste Philippe Bretelle, on a voulu donner à voir la continuité mutante et hybride des écritures sauvages nées lors de mai 68, mais aussi faire la nique aux embaumeurs commémoratifs de ce printemps-là. Car ce sont souvent les mêmes qui magnifient les graffitis contestataires de la fin des sixties, et qui prennent des airs scandalisés sitôt que des bombages ou des tags, ces indignes « dégradations », apparaissent dans leur centre-ville gentrifié, aux abords d’une ZAD ou dans une fac occupée ici et maintenant. Ces anciens jeunes repentis, à moins qu’ils ne soient d’emblée nés vieux, ont la mémoire sélective et horreur des troubles poétiques, existentiels, transgenres ou subversifs d’aujourd’hui. C’est des conflits du temps présent qu’ils cherchent à faire table rase, en abolissant toutes traces de discordance active dans l’immédiate actualité. Si ce livre a eu un mérite, c’est de leur saloper la bienséance nostalgique, en redonnant la parole à tous les « amateurs du désordre ».
Cette collecte m’a tenu en haleine une dizaine d’années durant, et si j’ai cru qu’avec sa publication l’obsédante glane murale tirait à sa fin, c’est raté. Tant que les inscriptions fleurirons dans la rue, j’aurais du mal à faire l’impasse. Alors, comme le printemps 2018 m’a donné de nouvelles matières, j’ai pris des photos ou noté sur mes carnets d’autre bribes textuelles. Et autant partager ces trouvailles dans un nouveau volume en ligne… à télécharger gracieusement ici en pdf.

Quelques extraits icono et typographiques…
sens dessus dessous.

L’OISIVETÉ C NOTR PROJET
Paris XIII, fac de Tolbiac, 11 avril 18

Plus de libido
Moins de lacrymo
Paris VI, rue de la Sorbonne, fac, 12 avril 18

UNE DRÔLE DE
FAÇON DE
LA MAIN…
Notre-Dame-des-Landes,
bombage
sur caravane détruite, 12 avril 18

Et si vous pouviez
tuer le temps
sans blesser
l’éternité ?
Paris XIII, Le Lavomatik, pochoir, mi-avril 18

SAVE
OUR
SISTERS
Inde, Kathua, après viol d’une fillette, pinceau, mi-avril 18

J’ARRIVAIS PAS A DORMIR
Millau (près de), rouleau, mi-avril 18

LA NUDITÉ EST
UN VILAIN
DÉFAUT…
Pessac, fac Bordeaux-Montaigne, pochoir, mi-avril 18

mais qui selectionne
ceux qui selectionnent
ceux qui sont selectionnés ?
Paris XIII, bd Blanqui, bombage, 19 avril 18

merci d’exister
Paris III, passage du Pont aux Biches, pinceau, 19 avril 18

sous mes seins la grenade…
Paris XX, rue Clavel, bombage, 27 avril 18

BOUFFE À CHIER
VIE DE MERDE
Paris XIII, bd de l’Hôpital, bombage,
sur McDo saccagé, 1er mai 18

Ta mer
elle a
la cher
de poul
Arras, rue du Canon d’Or, 1er mai 18

ON TRAVAILLERA
QUAND ON SERA MORT
Paris XIII, bd de l’Hôpital, bombage, 1er mai 18

Normal si je pleure
je coupe des oignons
Paris X, rue des Petites-Écuries, 1er mai 18

Face au travail
tout feux
tout flemme
Paris XIX, Belleville, bombage, 2 mai 18

HABEMUS
PANAME
Paris XVIII, près Sacré-Cœur, bombage, 2 mai 18

Occupons l’opinion publique
Paris V, rue d’Ulm, ENS occupé, bombage, 3 mai 18

M’en
Ballecouille
J’SUIS MAJEUR
Marseille, bombage, 3 mai 18

Crier toujours
jusqu’à la fin
du monde
Paris III, rue du Vertbois, 3 mai 18

+ de pizza
pas de patriarcat
Lyon, allée d’Italie, ENS occupée, 4 mai 18

DEMAIN
ÇA COMMENCE
AUJOURD’HUI
et tous les jours
ça recommence
Paris IV, rue  Pierre au Lard, 4 mai 18

Enfermer
dehors !
Montpellier, 5 mai 18

LA VITA È TROPPO STRANA
Naples, bombage, 5 mai 18

I will not control myself
Rennes, fac Rennes-2, bombage, 6 mai 18

Remets
une couche
frère !
Marseille, Le Panier, 9 mai 18

CONTRE
L’INDIVIDU MODERNE
Albi (près de’), bombage, 9 mai 18

Brulons nos forets
pour faire du profit
Tulle, bombage, 10 mai 18

Adict
au
sex
Paris X, rue Lucien Sampaix, 10 mai 18

Rend visite
à
ta mère
Montréal, Hochelaga, bombage, 12 mai 18

Detruire , dit-elle
Paris X, rue de Lancry, 12 mai 18

CE TAG
SERA
LÉGITIME
DANS 50 ANS
Nanterre, fac, bombage, mi-mai 18

YOU NEVER
LISTEN TO
ME
Sarajevo, mi-mai 18

VA TE
FAIRE INTÉGRER
TOI-MÊME

MELENCHON LE PLUS CON
DES FRANÇAIS PRO-BOLIVAR
Saint-Denis, fac Paris-8, bombage, mi-mai 18

je t’aime dans tous mes états
Paris X, rue des Récollets, mi-mai 18

J’haïs les hommes !
[moi aussi]
Montréal, Hochelaga, bombage, mi-mai 18

PA D’PROJET
QUE DES
PROJECTILES
Paris V, place de la Sorbonne, mi-mai 18

je suis
un platane
Paris XI, bd Jules Ferry, blanco sur platane, mi-mai 18

on est les
erreurs de
votre usine
à cerveaux
Marseille, près fac Saint-Charles, bombage, 16 mai 18

crois en toi
[qui peut t’en n’empêcher]
Paris III, passage du Pont aux Biches, bombage, 19 mai 18

God is Alive
He lives inside my
GameBoyColor
Paris IV, rue du Renard, papier collé, 19 mai 18

Vous ditent
que se sont des
nuissances mais
c’est le bruit de
notre libertée
Cheix-en-Retz, 20 mai 18

LA VIDA ES
TOMBOLA
Paris III, rue Quincampoix, 20 mai 18

OUI
au
“NI”
Sète, bombage, 20 mai 18

Ils font pousser les barbelés
cultivons les tenailles
Clavière (Hautes-Alpes), bombage, 22 mai 18

J’en ai laissées des plumes
A t’aimer pendant des Plombes
Marseille 2, montée St Esprit, « Artusa », 22 mai 18

certains sont
des esclaves
d’autres
pic-niquent
Paris IX, rue de Bellefond, pochoir, 24 mai 18

Un écureuil
ça trompe
énormémeuil !
Lyon, Croix-Rousse, 25 mai 18

J’AIME
BIEN LA VIE
ÇA REMPLIT
MES JOURNÉES
Paris XIII, rue Esquirol, bombage, 28 mai 18

Rêve pas,
Vole de tes ailes
Paris III, rue de Bretagne, pochoir, 30 mai 18

ou est
mon fils
Paris XVIII, rue de Chartres, 1er juin 18

#balance ta banque
Paris XI, bd Beaumarchais, bombage, 2 juin 18

TOUT LE MONDE
ADORE LA
MIÈVRERIE
PSEUDO-SUBVERSIV.
Bordeaux, rue Planterose, bombage, 5 juin 18

ôte tes
peurs
lèche mon
aisselle
Toulouse, 5 juin 18

LE RÉALISME
C’EST RÊVER
Paris X, rue René Boulanger, 6 juin 18

élève tes
mots, pas
ta voix
Nantes, bombage, 7 juin 18

“JE SUIS 4127eme
SUR LISTE D’ATTENTE
ET TOI?”
Paris XI, av. de la République,
lycée Voltaire,
pochoir, 7 juin 18

MON EMPLOI
DU TEMPS
EST MON SEUL
EMPLOI
Lyon, Croix-Rousse, bombage, 9 juin 18

LA PERLE EST
L’AUTOBIO [graphie] DE
L’HUITRE
Nantes, bombage, 15 juin 18